AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 

Kwaïgon - Résumés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Kwaïgon - Résumés Lun 9 Sep - 8:38
Spoiler:
 
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Mar 3 Déc - 15:29
Spoiler:
 


Dernière édition par Oror le Mer 19 Fév - 17:38, édité 1 fois
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Lun 17 Fév - 9:59
Spoiler:
 
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Sam 19 Juil - 20:19
Spoiler:
 
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Lun 8 Juin - 19:57
Spoiler:
 


Dernière édition par Oror le Dim 27 Sep - 13:34, édité 1 fois
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Ven 18 Sep - 9:41
Spoiler:
 


Dernière édition par Oror le Sam 3 Oct - 11:12, édité 1 fois
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Sam 19 Sep - 8:54
Spoiler:
 
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Jeu 5 Nov - 10:39
Spoiler:
 
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Sam 12 Déc - 12:59
Spoiler:
 
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Mar 31 Mai - 21:24
Spoiler:
 
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Dim 19 Juin - 17:48
Spoiler:
 
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Mer 19 Oct - 9:16
Spoiler:
 


Dernière édition par Oror le Jeu 1 Déc - 11:54, édité 1 fois
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Mer 30 Nov - 7:58
Spoiler:
 
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Sam 3 Déc - 16:01
Spoiler:
 
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Mar 20 Déc - 9:38
Spoiler:
 
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Mar 10 Jan - 10:53
Spoiler:
 
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Sam 14 Jan - 19:12
Long Long Way.
Dark Dark Days. VII. - Musique
/!\ Ce résumé comporte des scènes violentes qui ne sont pas forcément sous spoiler et ce, dès le début. Jeunes âmes, abstenez vous. Moins jeunes âmes sensibles : abstenez vous. Vous êtes cependant prévenus, si vous souhaitez lire, c'est à votre entière responsabilité.

Maison de Nobu - 03:14 pm } La vie est si fragile mais pourtant si tenace. Elle s'était toujours accrochée à lui, sans jamais lui faire défaut. Jusqu'à ce jour. Il avait toujours gardé espoir. C'est ce qui le maintenait en vie. Il se disait toujours qu'une cause n'était jamais perdu, qu'elle pouvait toujours être sauvée. Quoi qu'en disent les autres, quoi qu'ils en pensent, quoi qu'ils fassent, il n'abandonnait jamais. Sa ténacité était légendaire. Et elle le précédait, même là où il ne l'imaginait pas. Accompagnée de son nom, de ses capacités. Il ne se vantait pas de connaître les autres, se serait dévoiler ses secrets, mais tous n'avaient pas son silence. Tous n'avaient pas sa discrétion. En ce glacial matin de novembre, un petit garçon se présenta à la demeure de Nobu. Il ne savait pas où il était, il ne savait pas vraiment qui ils étaient, mais il avait un message à délivrer de leur part. De la part des frères Iakimov. Ce frêle enfant dont les joues sales étaient striées des sillons de ses larmes ne savait pas que sa vie était si fragile. Qu'elle ne tenait qu'à un doigt ; celui qui s'était posé sur la détente de l'arme qu'il avait contre la tempe. Il était trop jeune. Il n'imaginait pas ce qu'était la vie. Mais il connaissait la signification d'une chose : celle de la peur. La peur de la douleur, de la solitude. La menace était monnaie courante chez les frères ukrainiens, le sadisme aussi. Debout dans le grand salon de la maison, Kwaïgon attendait, impassible, bras croisés. A côté de lui se tenait Nobu, les bras dans le dos, se tenant les mains. Calum, une arme de poing à la main, tenait le garçon en joue, alors que Moïra était assise sur un pouf. Il y avait plusieurs gardes autour d'eux, tenant le garçonnet en joue, dont un qui le guidait, canon sur la tempe, main ferme sur l'épaule. Il ne portait qu'un pantalon et on lui avait vraisemblablement fait enlever ses chaussures à l'entrée de la maison. Il était sale et transi de froid. Mais il ne pleurait plus, ses joues étaient sèches. Il se tenait très droit, légèrement cambré. Une posture anormale. Le garde le fit s'arrêter à quelques mètres du maître de maison et le silence plana un moment au dessus d'eux. Le petit garçon, qui ne devait pas avoir plus de sept ans, les toisa un à un, mais son regard passait de Kwaïgon à Nobu sans savoir sur lequel se poser vraiment. Il ignorait qui était Jeong et qui était Tanaka. Le garde cependant brisa le silence le premier.

« Il a dit avoir un message à délivrer à Maître Jeong. »

La voix du garde trahissait un léger effroi. Ou un léger dégoût. Le coréen et le japonais échangèrent un regard et il ne suffit que d'un léger signe de tête de Tanaka pour que le garde ordonne au garçon de délivrer son message. Résigné, le garçonnet hocha de la tête et commença à lentement se retourner. Ce n'était pas un message oral qu'il devait délivré mais écrit, gravé à même la peau de son dos au fer rouge. Les gardes eurent un léger mouvement de recul commun. Calum fit une grimace et baissa le regard un instant. Moïra eu un haut le corps et eu à peine de temps de rejoindre la terrasse voisine pour rendre son déjeuner. Seuls Nobu et Kwaïgon n'eurent aucune réaction. Le message donnait rendez-vous au coréen. Seul, tard le soir, dans la banlieue de Tokyo. A nouveau, le maître et son ancien élève échangèrent un regard. Kwaïgon prit la petite seringue que lui tendait son maître et s'approcha du garçon. Il posa une main douce sur son épaule nue, pressant un ongle sur sa peau endolorie, alors que le garde s'éloignait et il lui demanda, en japonais, la langue natale du garçon :

« Tu as encore de la famille ? »

Les larmes recommencèrent à couler le long des joues du petit garçon et il secoua négativement de la tête. La peur par l'exemple. Jamais il ne pourrait se remettre de ce qu'il avait vécu. Il était d'ores et déjà perdu. Quoi qu'ils fassent pour lui, il était déjà mort. Il souffrait, il n'avait plus personne et il avait sans doute vu toute sa famille se faire torturer et tuer. Il n'y avait plus d'espoir pour lui. Ses épaules tremblaient sous l'assaut de ses sanglots silencieux. Le coréen serra les dents un instant avant de lui souffler, d'un ton calme et rassurant :

« Fermes les yeux. Imagines toi dans le plus merveilleux des endroits, avec toute ta famille et tout ceux que tu aime. Et surtout, ne pense à rien d'autre que cela... Tout ira bien maintenant. Tu n'as plus à avoir peur. »

D'un geste précis et rapide, il piqua l'aiguille là où son ongle avait pressé la peau du garçon. Il ne sentit pas la morsure de l'aiguille, la peau était préparée à la pression. Il injecta le contenu de l'aiguille et sorti la seringue, qu'il glissa dans sa poche d'un geste leste. Il suffit d'à peine quelques secondes pour que le garçonnet ne s'effondre sur lui-même, sans un bruit. Il le soutint et l'allongea doucement sur le sol, repliant délicatement ses bras sur sa maigre poitrine, murmurant une prière. Nobu le rejoignit et posa en douceur une pièce sur chacune des paupières clauses du garçon, répétant la prière murmurée par le coréen. La vie est si fragile... Il suffit d'un rien pour la perdre. Jusque là, l'espoir lui avait toujours étreint le corps, mais devant le bûcher funéraire du petit garçon, tout l'espoir qu'il y avait en lui s'envolait...

Okiya de Misako - 09:48 pm } Il avait fait un stop à Fuji pour admirer le mont du même nom dans la lumière déclinante du soir. C'est une vision dont il ne se lassait pas, quoi qu'il arrive. Il avait ensuite reprit la route pour faire les dernières heures de trajet qui le séparait de Tokyo. Il passerait la nuit chez une vieille amie : Misako. Misako était une Okâsan : elle tenait une maison de Geisha, encore en activité aujourd'hui. Les hommes autorisés à pénétrer dans les okiya étaient traditionnellement peu nombreux. Ceux qui pouvaient y passer une nuit encore plus. Cependant, Kwaïgon faisait parti de ceux qui pouvait passer une nuit dans l'okiya de Misako sans soulever aucune objection de la part de quiconque. D'une part parce qu'il était le plus généreux donateur de la maison, mais également parce qu'il était venu à de nombreuses reprises en aide des Geisha et Maiko de la maison, les sauvant de la disgrâce ou de la mort. Misako estimait qu'elles avaient contracté une dette envers lui et elle la lui remboursait au fil du temps, à sa manière. Lorsque le jeune homme était encore au Japon, au service de Tanaka, il passait souvent ses soirées dans diverses maisons de thé encore traditionnelles. Il y rencontrait les Geishas et apprenties de l'okiya de Misako, et à ce moment là, parfois encore Misako elle-même, lors de grands événements. Au fil des années, malgré le jeune âge du garçon à cette époque, il faisait preuve d'une maturité qui avait plu à Misako. Lorsqu'il l'avait pu, il avait commencé à soutenir financièrement son okiya. Auprès de l'Okâsan prédécesseur de Misako, puis de Misako elle-même. Une amitié s'était très vite tissée entre eux, teintée d'une relation plus maternelle à son égard. Il était orphelin et Misako était une des rares personnes de Tokyo à connaître toute son histoire. Si Tanaka était sa figure paternelle, Misako était la figure maternelle qu'il lui avait cruellement manqué durant le début de son adolescence.

Lorsqu'il se présenta à la porte de bois et de papier de l'okiya, la nuit était tombé depuis longtemps. Il fit sonné la clochette de l'entrée et peut de temps après, la voix d'une jeune fille retentit de l'autre côté de pan opaque.

« Qui est là ? »

C'était une voix d'enfant, de jeune fille. Sans doute une Maiko, ou plutôt, une future Maiko de la maison, étant donné que les jeunes filles n'avaient plus le droit de commencer leur formation avant l'âge de dix-huit ans dans les okiya de Tokyo. Le coréen émit un léger sourire et répondit clairement.

« Maître Jeong. Je suis attendu par Misako-san. »
« Oh ! »

Aussitôt, le panneau coulissa et il se retrouva face à une jeune fille d'une douzaine d'années, emmitouflée dans une peignoir de coton. Elle s'inclina devant lui et l'invita à entrer d'un geste gracieux. Le coréen se déchaussa et entra, lui rendant son salut.

« Merci. Peux-tu prévenir Misako-san de mon arrivée ? »
« Oui, j'y vais ! »

La jeune fille détala à petites foulées et disparu dans le dédale des pièces de la grande maison traditionnelle. Il entendit Misako la houspiller dans les étages et quelques secondes plus tard, l'Okâsan le rejoignait. Elle le salua en s'inclinant, ce à quoi il répondit par la même chose puis l'invita à le suivre dans l'une des salles communes. Plusieurs femmes, plus ou moins jeunes, étaient rassemblées autour d'un kotatsu et discutaient joyeusement en jouant aux cartes. Dès qu'il pénétra dans la pièce, le silence se fit. Il y avait parmi ces femmes des visages qu'il connaissait et d'autres encore inconnus. Une bonne chose pour la maison, elle avait encore de nouvelles Maiko à former, ce qui n'était pas chose facile de nos jours. Les présentations et les salutations passées, Misako entraîna le jeune homme dans une pièce attenante, plus petite, pour qu'ils soient plus tranquille. Une fois installé, elle se mit à la préparation du thé, chose dans laquelle elle excellait.

« Alors comme ça tu es de retour à Tokyo ? »

Elle tenta de garder un regard innocent, mais au fond, elle savait. Tanaka avait dû la mettre au courant. Avant qu'il ne prenne la route pour Tokyo, il avait tout essayer pour le persuadé de rester à Osaka. De ne pas aller à ce rendez-vous. En vain, puisqu'il était désormais à Tokyo.

« Je ne changerais pas d'avis Misako-san. Inutile d'essayer de me convaincre. »

Elle lui lança un regard réprobateur. Il avait touché juste, comme toujours avec elle. Elle n'avait jamais su lui cacher la moindre petite chose, malgré tout ses efforts.

« Alors tu cours à ta mort. »
« Peut-être oui. »
« Ne t'attends pas à ce que cette idée me plaise. »
« Ce n'est pas ce que je demande. »

Elle soupira et déposa avec délicatesse sa théière sur son support plongeant un regard dur dans le sien.

« Tu te bats encore pour les autres. Quand te battra tu pour toi même ? »
« Je croyais que cette fois, c'était pour ma propre survie. Je suis étonné de savoir que ce n'est pas le cas. »
« Tu te bats pour cette femme que tu déteste. Pourquoi prends-tu sa place si elle ne le mérite pas ? »
« Parce que la vie de bien d'autres gens, dont la tienne, en dépend et que je ne supporterais pas de vous mettre tous plus longtemps en danger. Que se soit à cause d'elle au départ ou non. »

Son ton avait été sec et dur. Misako lui lança d'ailleurs un regard mauvais pour cela. Jamais il n'avait usé d'un tel ton avec elle. Il se passa un moment durant lequel ils gardèrent le silence, sirotant leurs thés respectifs. Ils pouvaient entendre les habitantes de la maison glousser dans la pièce voisine, jouant toujours aux cartes. Finalement, le coréen soupira et reposa son thé avant de prendre la parole d'un ton plus léger.

« Je viens également pour te demander un service, et je comprendrais que tu le refuse. Je n'insisterais d'ailleurs pas, si c'est le cas. »
« Je crois deviner ce que tu attends de moi... »
« Je le pense aussi... »
« Tu veux que je prenne cette femme sous mon toit. »
« Seulement de façon temporaire. Maître Tanaka a bien d'autres choses à faire que garder un œil sur elle. Je ne voudrais pas le déranger avec cela. Et j'ai peur que si elle ne reste pas sous surveillance étroite, elle ne s'échappe et commette d'autres erreurs. »
« Tanaka-sensei m'a raconté un peu son histoire. Elle te cause bien des tracas... »
« Plus qu'il ne m'en faut en effet. »

Misako mit quelques minutes avant de répondre, pesant une dernière fois le pour et le contre d'un tel service. Finalement elle soupira et répondit, non sans une certaine pointe de menace.

« Très bien. Je la prendrais avec moi. Mais je le fais pour toi et uniquement pour toi. Nous sommes bien clairs ? »
« Nous le sommes. Merci Misako-san. »

Il inclina légèrement de la tête et leur conversation se fit plus légère. Misako lui raconta le quotidien de son okiya, ainsi que les progrès de ses Maikos. L'une de ses Geisha avait prit sa retraite pour se marier avec son danna, un riche homme d'affaire jusque là célibataire. Mais une de ses Maikos était passée confirmée, elle avait donc toujours le même nombre de Geisha et de Maiko. Mais elle ne s'était pas encore décidé sur laquelle de ces jeunes femmes elle allait adopté pour en faire son héritière... Un récit qui permit au coréen de s'échapper un peu de son propre quotidien, bien plus sombre que le sien...

Banlieue de Tokyo - 03:17 am } Il avait quitté l'okiya au tout petit matin, alors que toutes les femmes étaient encore endormies, afin de se rendre au point de rendez-vous sans que personne ne le voit. Il y été aller armer, mais sans espoir qu'il ne puisse garder aucune de ses armes. L'impasse dans laquelle il s'engagea à pied n'était pas très large. Elle était fermée par un haut mur de brique et bordé d'un côté par une usine désaffectée et de l'autre par un immeuble d'habitation délabré. Un coin éloigné du centre ville, proche de l'abandon. Le lieu parfait pour commettre un meurtre et y laisser le corps, sans laisser aucune trace. Le coréen s'arrêta au coin de la rue pour observer le fond de l'impasse et les bâtiments, allumant une cigarette pour passer le temps. Il fumait très rarement, mais cette occasion-ci était la bonne. Il n'y avait pas un mouvement ni un bruit dans l'impasse ni alentour. Il patienta une longue heure au coin de la ruelle étroite avant de s'engager de quelques pas à l'intérieur. A peine eut-il fait cela qu'un léger frottement lui parvint, dans l'usine. Il fit mine de n'avoir rien entendu et poursuivie sa marche, ressortant de l'allée, comme s'il faisait les cent pas. Il refit son petit manège plusieurs fois, pour être certain de ce qu'il pensait. Hors de l'impasse, il était hors de portée de tir. Le tireur devait donc se trouver dans l'angle au dessus de lui. Une position idéale qui permettait au tireur de ne pas être vu depuis la grand rue ni l'angle et de pouvoir tirer sur sa cible dans le dos quand celle-ci avancerait dans l'allée, sans être vue par elle. Il était sans doute équipé d'un silencieux, et à une aussi courte portée, une fusil peu encombrant, facile et rapide à cacher pour s'échapper en vitesse. Mais c'était sans compter sur l'expérience du coréen. Il n'était pas né de la dernière pluie, et les frères Iakimov aurait dû le savoir. Il jeta sa cigarette et abandonna ses chaussures et sa veste avant de faire le tour de bâtiment en toute discrétion. Il fallait qu'il soit rapide et silencieux. C'est ce qu'il fit. Moins de cinq minutes après il était de retour en bas du bâtiment et enfilait de nouveau ses chaussures et sa veste. Il dû patienter une bonne heure avant qu'une voiture ne passe devant lui en repérage. Il lui fit un signe amical et quelques minutes plus tard, elle se garait devant lui après avoir fait un tour de quartier. Deux armoires à glace s'extirpèrent de l'habitacle et sans un mot, le prière de monter. Il le fit, non sans avoir terminé la cigarette qu'il avait rallumé...

Repère des Iakimov - 08:06 am } « Je crois que tu ne saisis pas bien les choses Jeong. »

Il s'était fait surprendre. Ou plutôt, il s'était fait submergé. Après un long trajet en voiture qu'il avait passer avec un sac sur la tête, on l'avait débarqué dans un sous-sol et une quinzaine d'hommes lui était tombé dessus. Il s'était battu, mais il avait été submergé par le nombre. Une balle dans le flanc l'avait assez ralenti pour se faire assommer par une barre de fer. Il s'était effondré. Le réveil avait été rude, au seau d'eau froide. Un mal de crâne lancinait, une plaie qui saignait à petit feu et les mains attachées dans le dos l'avaient accueilli à son réveil. Il était toujours dans un sous-sol, à en juger par l'humidité sur les murs et l'absence de fenêtre, ainsi que la taille de la pièce, relativement modeste. Les deux frères Iakimov étaient là, ainsi que deux hommes d'armes. Parfait. Tout simplement parfait.

« Je croyais pourtant qu'on avait été assez clairs dans nos intentions. »

Le coréen ne répondit pas. Il ignora même les paroles emplie de colère d'Alexei. Il poursuivait son étude de la pièce et de son état. Il était blessé, affaibli, mais il n'avait rien de cassé. Peut-être seulement une côte fêlée. Il portait des menottes en métal qu'il était facile d'enlever, à condition que l'on sache comment. Un liquide avait coulé le long de son bras mais avait plus ou moins séché : une plaie qui avait cessé de saigner. Il y voyait clair, et pouvait bouger toutes ses extrémités. La pièce ne comportait qu'une seule porte, au fond, en métal oxydé. Elle était gardée par deux hommes armé d'AK-47. Il n'y avait rien, à part lui et les frères Iakimov, rien d'autre dans cette salle. Pas de meubles, pas d'objets. Seulement sa chaise. Par contre, Alexei avait dans la main un Beretta, et Serguei une batte de base-ball. Lui n'était plus qu'en t-shirt, jean et chaussettes. Le reste s'était évaporé.

« Tu parle dans le vide Alexei. Il ne t'écoute pas. »

La réaction de l'ukrainien ne se fit pas attendre. Une violente secousse sur sa tempe le projeta au sol, lui et sa chaise. La douleur se fit plus vive et il vit quelques étoiles danser devant ses yeux. Serguei le releva d'une poigne de fer et le remit à sa place initiale.

« T'écoute maintenant ? »

Il hocha simplement faiblement de la tête, ce qui parut satisfaire Alexei.

« Je voulais que tu me livre cette pétasse. Pourquoi tu ne l'as pas fait ? On l'aurai tué, et tu serais rester sagement dans ton petit monde japonais avec tes petites geisha. Et tu ne serais pas là à souffrir le martyr à sa place. »

CQFD. Kwaïgon en venait presque à douter de sa décision. En effet, il se serait évité bien des tracas s'il avait livré Moïra... Mais il s'était prit d'affection pour elle avant qu'elle ne l'oblige à mentir et c'était en souvenir de cette allégeance là qu'il se battait pour elle. Alexei se tourna vers son frère, comme soudain prit d'un doute.

« Tu crois qu'il l'aime ? »
« Je pense pas non. »

Alexei s'était alors de nouveau tourné vers le coréen.

« Mais si toi aussi tu ne peux pas la voir, pourquoi tu ne la livre pas ? »

Le coréen fut prit d'un rire nerveux. C'était une excellente question. Cependant, il lui fallait gagner du temps. Il cessa de rire à la seconde frappe sur la même tempe. Cette fois, sa chaise vacilla mais ne tomba pas. Alexei poursuivait ses spéculations et Serguei commença à se déplacer. Il profita de ce déplacement pour se déboîter un pouce et enlever une menotte, la gauche, sa main la plus faible. Il remit le pouce en place, ignorant la nouvelle douleur, et attendit le moment propice. Il avait deux choix : cela se passerait vite et il vivrait. Ou il se loupait et il mourrait. Simple. Il fallait qu'il amène Alexei à le frapper de nouveau, c'était sa meilleure chance.

« Tu ne veux pas lui délié la langue un peu ? On ne l'entend pas assez je trouve. »
« Je veux pas me salir les mains. »

A la bonne heure ! Alexei s'approcha et arma son bras. Il n'aurait même pas besoin de le provoquer. Il attendit que le bras de l'ukrainien ne soit plus qu'à quelques centimètres de sa tempe pour réagir. Il frappait avec le dos de la main qui tenait le Beretta, pour avoir plus d'effet. Le coréen leva son propre bras pour enserrer le poignet qui allait frappait et retint le tout, Il entendit les hommes d'armes braquer leurs pistolets sur lui mais il gardait Alexei en bouclier. D'un cou sec il se releva et brisa le coude de l'ukrainien avec son autre main, d'une torsion sèche. Cette fracture eu pour effet de libérer la tension de la main sur le Beretta. Il lâcha le poignet et retourna l'arme, pressant la détente une première fois. La balle traversa littéralement la tête de l'ukrainien. Serguei poussa un hurlement et chargea, batte en l'air. Le coréen garda non sans mal Alexei debout et logea une seconde balle dans le crâne de son frère. Il lâcha Alexei et se glissa derrière le corps en chute de Serguei pour se protéger des tirs nourri des deux hommes d'armes. Ils ne visaient pas si mal que cela. Il tira une troisième balle qui toucha le premier garde dans l’œil et fit stopper les tirs du second. Ils se tinrent mutuellement en joue alors que le coréen ouvrait la bouche rapidement.

« Tes patrons sont morts. Soit tu suis leur chemin, soit tu me fais sortir d'ici. »

Il hésita une seconde de trop, qui permit au coréen de l'abattre. Maintenant, il fallait qu'il sorte, mais avant, il fallait qu'il s'équipe. Il prit un gilet par balle sur le corps d'un des gardes, ses chaussures et s'arma autant qu'il put, avant de sortir. Il avançait avec précaution essayant d'abattre le plus d'homme possible de façon discrète. C'était sa meilleure chance de s'en sortir. Il ne survivrait pas au sur-nombre. Il avait cependant progressé de deux étages quand les premiers coups de feu retentirent, au dessus de sa tête. Calum. Ce fut ensuite le chaos. Lui à l'arrière et les hommes de Calum et lui même de front, il ne resta rien des hommes des Iakimov. Calum prit quand même la précaution de sceller et faire brûler le bâtiment entier. Il se tenait devant le brasier, les mains dans les poches de son jean, à côté de Calum quand ce dernier hocha doucement de la tête de satisfaction.

« Simple précaution. »

Le coréen sourit et attrapa l'épaule de son ami pour s'en faire un appui avant de se diriger en clopinant vers la jeep de ce dernier...

[343 Lignes]

avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Mer 18 Jan - 19:24
Long Long Way.
Dark Dark Days. VIII. - Musique
Il déposa Moïra chez Misako quelques jours après être revenu du repère réduit en cendre des frères Iakimov. La tueuse à gage semblait plus sereine, ou disons, soulagée suite à la mort des frères Iakimov, mais elle supportait toujours le poids de ses choix et Kwaïgon ne ferait rien pour les lui enlever. Pour l'instant, il ne fléchirait pas et lui interdirait toujours de venir au Haras ou de prendre contact avec Izikel, de quelque façon que se soit. Il ne savait pas dans quel état émotionnel il allait retrouver le jeune homme et il ne voulait pas risquer de briser cet état, quel qu'il soit. La trahison que constituait son acte le briserait et il ne le voulait pas. Plus tard, avec le temps, quand il se serait reconstruit, il comprendrait. Mais ce jour n'était pas encore arrivé et il ne le serait pas avant un bon moment. Pour l'instant, il comptait profiter de la relative paix dans laquelle il allait se trouver en rentrant au Haras. Il n'y aurait personne à leur trousses et il n'y aurait plus de secret à garder pour personne, hormis celui-là. Mais il était le seul à connaître la vérité. Personne ne risquait de la divulguer.

Moïra se remettait bien de ses blessures physiques. Elle continuerait cependant les soins chez Misako. En attendant, elle ne comptait pas désobéir au coréen quand à son « exil ». Elle ne comptait pas non plus reprendre son travail. Ou tout du moins, pas avant un long moment. Elle n'était pas en état physiquement et encore moins moralement. Elle aussi devait se reconstruire en quelque sorte. Elle devait réfléchir à tout ce qui s'était passer et prendre du recul. Malgré tout, elle essayait de se faire pardonner auprès du coréen, mais il lui tenait encore trop rigueur de ce qu'elle lui avait fait faire. Il n'était pas de nature rancunière, tant qu'on ne lui faisait pas outrepasser ses principes et aller à l'encontre de ce qu'il était, de ses convictions, de ses règles. Ce qu'elle avait fait.

Quand à lui, il devait rentrer au Haras. Il avait prévenu Liam de son état, de sa vendetta. Il avait prit Naïg à parti, expliquant qu'elle avait fui pour venger sa sœur. Il était tout naturellement parti à sa poursuite, et comme sa grande sœur avait entraînée Izikel, il se laissait entraîner dans cette dangereuse vendetta. La jeune femme en question avait également été mise dans la confidence, mais elle restait aux côtés de Pierce, en Amérique du sud. Par sécurité, elle avait été mise au courant des impers de sa sœur, du mensonge qu'ils devaient maintenir à l'égard d'Izikel. Elle avait accepté de rester dans la confidence, en voulant à sa sœur pour ce qu'il lui faisait subir. Le coréen pensait -à raison- qu'elle en pinçait pour l'irlandais. Ce qui ne l'étonnait guère... Les deux sœurs avaient les même goûts en matière d'homme.

Il fit une halte dans son appartement de Tokyo, histoire de le faire vivre un peu et soigner ses plus grosses blessures. Il ne cicatriserait pas totalement avant son retour au Haras mais il serait au moins un peu plus présentable. Il passa également dire au revoir à Misako et il reprit la route pour rejoindre le demeure principale de Nobu. Une dernière soirée en sa compagnie avant de rentrer au Haras. Bien évidemment, ils se retrouvaient autour d'un bon repas.

Nobu était plus que ravi de la disparition des frères Iakimov. Il allait pouvoir récupérer leur trafic et peut-être même une partie de ses hommes, ce qui n'était pas sans lui déplaire. La nouvelle de la mort des deux frères avait eu tôt fait de faire le tour de leur monde et ils avaient reçu beaucoup de remerciements déguisés pour cet acte apparenté à de la bravoure. Pour lui, ça n'en était pas, mais ce n'est pas ce que les autres semblaient croire. Calum Heredit les rejoint pour le dîner. Avec le semi-sauvetage de Kwaïgon, il montait encore en galon au sein de la hiérarchie Tanakienne, et il avait désormais gagné une place à la table du Maître. Un privilège appartenant à des hommes pouvant se compter sur les doigts d'une seule main. Ils rirent. Ils rirent du temps d'avant, ils rirent de leurs actes, ils rirent d'eux même. Ils rirent pour oublier qu'ils n'étaient pas loin d'être des monstres. Et que même si leurs intentions étaient louables, qu'elles étaient les meilleures, il n'en restait pas moins qu'ils ôtaient des vies... Et cela faisait d'eux des monstres, d'une certaine manière.

Sur le vol de retour au Haras, le coréen eut tout loisir de penser à cette semaine plus que mouvementée. Il avait jusque là espéré que ce genre de choses ne se reproduirait plus en intégrant le Haras. Qu'à Full Horse, il aurait une vie bien rangée, plus humble, plus tranquille. Mais il se rendait compte maintenant que se serait impossible. On ne pouvait pas changer ce que l'on était au fond. On ne pouvait effacer d'un simple geste notre passé. C'est ce qu'il avait essayer de faire, mais le passé vous rattrape toujours que se soit le sien ou celui des autres. Alejandro n'avait pas quitté son métier sans dommage et un jour cela le rattraperait. Izikel avait traquer des personnages et rencontrer des gens douteux puis les avait quitter, mais cela le rattraperait. Sans parler de Moïra, qui avait encore après elle la moitié de ce monde... Et Ezra, dont les ennemis étaient légions... Un jour aussi, son passé viendrait physiquement le hanter... Pour certains, c'était déjà fait, comme Louna. Mais pour d'autres, tout était à venir... Tout attendait de se passer... Mais il serait là. Il serait toujours là...

Sauf qu'il omettait une chose essentielle : même lui n'était pas immortel...

[81 Lignes]

avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Jeu 19 Jan - 19:31
Spoiler:
 
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Jeu 9 Fév - 10:46
Spoiler:
 
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Dim 26 Fév - 12:09
Spoiler:
 


Dernière édition par Oror le Mar 7 Mar - 9:13, édité 1 fois
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Lun 6 Mar - 15:09


Chap. 10 | Ep. 08
“ Sueurs nocturnes ”
J'ai 896 Lignes
J'utilise un Résumé x2 de Louna
Des points pour Yennefer aussi !! ^^
Box de Kim & Wig'One
Merci pour la correction ! =)

Épisodes précédents : One Team, One Goal : Victory
Le retour au Haras signifiait également une chose pour le coréen : qu'il avait une promesse à tenir. Une mission à terminé. Jonah avait beau avoir été réduit en cendre, il n'en restait pas moins que le contenu de l'enveloppe qu'il avait transmit à Daria, la mère de Yennefer, était toujours en libre service dans les méandres du net. Depuis leur retour au Haras, le coréen attendait patiemment que la jeune femme ne s'endorme pour travailler sur le sujet, chaque nuit. Il comptait mettre un point un programme lui permettant de traquer et lister les vidéos puis un second lui permettant d'aller les supprimer, par tout les moyens possibles à sa disposition. Mais le net, bien qu'il en connaisse désormais toutes les subtilités, restait un labyrinthe un peu trop bien fourni désormais. Les nuits s'enchaînaient sans qu'il ne trouve un moyen efficace de tout couvrir. Il avait réussi son premier objectif, mais les résultats qu'il obtenait étaient trop nombreux. D'autres vidéos étaient sous le même format, pesaient le même poids, avaient les même caractéristiques. La fatigue dût à l'accumulation des nuits trop courtes et des journées trop longues commençait à le rendre moins patient.

Il avait du mal à se rendre à l'évidence et insistait, encore et toujours, pour trouver une solution sans avoir à visionner ce contenu vidéo. Mais cette nuit là, face à un nouvel échec, il fini par accepter l'inévitable. Ce n'était pas une tâche qu'il pourrait confier à quelqu'un, même à Calum. Il y avait des limites dans ce qu'il acceptait de faire faire aux autres. Il eu un soupir et posa les yeux sur l'horloge du pc : presque quatre heures du matin. Il devait être le seul à être encore debout dans le Haras... Il jeta un œil à Yennefer, endormie sur son lit. Elle ne pouvait pas voir ce qu'il faisait depuis son lit, si jamais elle s'éveillait. Mais elle devait se douter, à chacune de ses absences nocturnes -même s'il restait toujours dans la chambre ou pas loin- de ce qu'il faisait. Cependant, d'un accord tacite, ils n'en avaient jamais parlé. Il faisait en sorte de se glisser sous les draps une heure ou deux avant la sonnerie du réveil pour finir la nuit avec elle...

Il ne savait pas vraiment s'il redoutait ce visionnage des vidéos ou non. La vision qu'il avait d'elle ne changerait pas, c'était une évidence, mais il ne savait pas ce qu'il ressentirait. C'était déjà assez désagréable de l'imaginer dans les bras d'un autre, alors le voir en image -sans, de surcroît, avoir une idée précise de ce que pouvait être le genre de soirée durant lesquelles elle avait été filmé- restait une épreuve qu'il avait considéré jusque là comme insurmontable. Il prit une grande inspiration et coupa le son du pc -l'image serait déjà assez désagréable, il n'avait pas besoin du son en plus- avant de finalement mettre la première vidéo en lecture, essayant d'occulter le fait que Yennefer figurerait dedans. S'il arrivait à se persuader que c'était une inconnue, peut-être que le visionnage lui serait plus supportable ? Les premières minutes de film, il y parvint. La qualité de l'image laissait à désiré, et malgré l'état pitoyable de ses acteurs, ce fut d'abord la curiosité qui le poussa à continuer son visionnage. Pour l'instant, Yennefer n'apparaissait même pas à l'écran. Il se demandait où cette vidéo allait le mener...

Mais il déchanta très vite. Les bras croisés sur son torse, son rythme cardiaque s'accélérait à chaque seconde de plus qu'il voyait et il sentait un étau lui enserrer la poitrine. Un goût amer envahit sa bouche en même temps que la colère et la rage le submergeait. Il serra les poings, jusqu'à ce que la vidéo lui fut insupportable à regarder. Il referma l'écran avec violence, et le craquement que produisit la dalle au contact du clavier n'augurait rien de bon pour l'intégrité du pc... Mais il était sourd au bruit qu'il avait pu faire. Il se leva d'un bond, ignorant également la chute du téléphone sur le parquet de sa chambre et fit les cent pas, un main se pinçant l'arrête du nez, l'autre sur la hanche. Il était hors de lui et essayait -en vain- de se calmer. Mais il n'arrivait pas à se sortir de l'esprit les images qu'il venait de voir. Il n'arrivait pas à calmer les battements de son coeur, ni sa respiration chaotique et encore moins les tremblements qui secouaient son corps. Il n'arrivait pas à prendre le recul nécessaire à la poursuite de sa tâche. Il perdait son sang-froid. Une folie meurtrière commençait à doucement l'envahir. S'il rouvrait son pc à cet instant là, ce ne serait que pour une chose : isoler les visages de ces hommes et les traquer, l'un après l'autre, pour leur faire payer... Il perdait rarement son sang froid de la sorte. Cela faisait bien longtemps qu'une telle rage ne l'avait pas envahit au point d'empêcher tout raisonnement logique. Même Moïra, qu'il avait bien failli tuer avant son départ pour le ranch des Marshall n'avait pas réussi à le mettre dans un tel état. Et pourtant... C'était bien une des seules qui aurait pu... Ou du moins c'est ce qu'il pensait.

Il fini par lever les yeux au ciel, les deux mains sur les hanches, mais sans parvenir à se calmer pour autant. Il serrait les dents, ruminait sa rage, essayant d'organiser ses pensées autrement qu'avec le seul et unique but de tuer. Une petite part de lucidité le faisait hésiter, et c'est bien grâce à elle, et seulement grâce à elle, qu'il n'était pas déjà en train de fourrer des affaires dans un sac de voyage. Dans le cheminement archaïque de ses pas autour de sa chambre, il se retrouva face au lit, et à Yennefer. Il se figea, la regardant, sans parvenir à se calmer ni à changer l'image qu'il présentait : le regard noir de rage, mâchoire serrée, respiration chaotique et poings serrés sur ses hanches. Les tremblements ne devaient sans doute pas se voir tellement le reste de son être était tendu... Il ne dit rien, incapable de sortir un mot rassurant ou même intelligible. Il resta figé à la regarder, ruminant ses envie de meurtre avec de plus en plus de force...

Elle fut réveillé par l'agitation de ses pas, ainsi que le bruit du portable. Elle mit cependant quelques secondes avant de réellement ouvrir les yeux, se tournant vers le côté en cherchant du regard le coréen. Elle se figea légèrement en le voyant, en voyant cette noirceur dans son regard. Il pulsait dans ses veines une rage qu'elle n'avait jamais eu l'occasion de voir chez lui, et qui lui coupa le souffle. Elle se redressa, se mettant sur les genoux avant de venir lui toucher très prudemment le bras.

« Kwai... » murmura-t-elle du bout des lèvres.

Il s'était passée quelque chose... Elle jeta un bref regard vers l'ordinateur, sachant qu'à cette heure-ci il devait bosser... Mais elle ne savait pas sur quoi exactement. Son attention se reposa très rapidement sur lui, inquiète. Il détourna les yeux d'elle, au prix d'un grand effort, n'arrivant tout de même pas à articuler un mot. Il l'avait entendu, mais il ne parvenait pas à faire la part des chose, à se détaché de ce qu'il venait de voir. Il n'arrivait presque pas à réfléchir. Il n'avait même pas senti sa main sur son bras. Il fini par prendre une inspiration, difficile, hachée et tenter de prendre la parole. Mais ses paroles se retrouvèrent bloquée dans sa gorge.

« Comment... »

Il secoua la tête, posant son regard toujours aussi sombre sur elle. Il essayant d'organiser ses mots mais c'était en vain. Le souffle court, il s'éloigna d'elle, allant vers la fenêtre, avant de revenir. S'il ne bougeait pas il finirait par taper sur quelque chose... Elle resta un moment immobile, paralysée par son inquiétude face à cette colère, qui bien qu'elle ne semblait pas être dirigée vers elle, était d'une telle intensité. Elle se força à respirer calmement avant de se lever doucement du lit, s'approchant de lui pour venir enrouler ses bras autour de son corps, posant sa tête sur son dos.

« Je suis là... »

Sa voix avait été qu'un murmure, ses mots spontanés... Elle ne voulait pas lui dire de se calmer, sachant qu'il ne pourrait probablement pas dans son état actuel. Et elle voulait juste qu'il sache une chose, qu'elle était là... Rongée par l'inquiétude. Il s'immobilisa quand elle passa ses bras autour de lui mais fut incapable de se détendre. Il se força à rester immobile, mais il restait sourd à ses paroles. Il ne put rester que quelques secondes ainsi, avant de se dégager de l'emprise de la jeune femme et lui faire face. Sa voix rauque, étouffer par l'étau qui lui serrait toujours la gorge, semblait venir d'outre-tombe.

« J'ai dû regardé les vidéos de l'enveloppe. »

Il détourna les yeux, sentant une nouvelle vague de rage l'envahir. Elle se figea, sentant sa respiration se bloquait au travers de sa gorge... Elle avait redouté ce moment, bien qu'elle n'aurait jamais pu imaginer que cela le plongerait dans une telle rage.

« Enfin les... Je n'ai même pas pu aller au bout d'une seule ! C'est... Yen ! Comment ont-ils pu ? Je... »

Il secoua négativement de la tête et se détourna à nouveau, posant brièvement son visage entre ses mains avant de reposer les poings sur ses hanches. Il n'arrivait pas à rester immobile, faisant sans arrêt quelques pas, de droite à gauche.

« Il y a des choses que je comprends. Je comprends qu'on puisse tuer des gens. Je comprends même qu'on puisse tuer des enfants ! J'arrive à comprendre qu'on puisse kidnapper, voler, se droguer ou harceler. Je suis même... »

Il eu un léger rire cynique.

« Je suis même partisan de la torture dans certains cas. Je ne crois pas être quelqu'un de très regardant. Et je pense même que pour nombre de gens, je ne suis pas respectable ! Et je les comprends... Oh oui je les comprends ! Mais ça !! »

Au fil de ses paroles, son ton montait, criant presque sur la fin, mais restant dans la limite. Il tendit un bras rageur dans le vide, la main tremblante de rage. Quand il reprit la parole, il avait reprit sa voix d'outre-tombe, tremblante d'une rage profonde.

« Le viol, Yennefer, sous toute ses formes, je ne comprends pas. Et je ne cautionne certainement pas. »

Elle l'avait écouté silencieusement, sentant de plus en plus l'horreur battre dans ses veines. Elle s'était toujours voilé la face au sujet de ses soirées, elle avait préféré les oublier sans jamais y mettre un terme dessus... Parce que c'était plus facile à vivre ainsi qu'accepter cette affreuse vérité. Cependant, ce mot qu'elle n'avait jamais osé prononcer, il le prononça pour elle. Son regard se détourna vers le sol, crispant ses mains avec douleur avant de venir s'asseoir sur le rebord du lit en sentant ses jambes tremblées de plus en plus.

« Je veux juste... que ses vidéos disparaissent... et ne plus en entendre parler... On ne peut pas changer ce qui s'est passé... »

Elle avait murmuré ses mots du bout des lèvres, avant de soupirer lourdement.

« Je suis désolée... que tu as du voir ça... Je... »

Elle ne termina même pas sa phrase, la gorge soudainement nouée. Il soupira fortement, difficilement mais il n'arriva tout de même pas à évacuer la rage qu'il ressentait, ni les tremblement.

« Ne sois pas désolée. Ce n'est pas de ta faute. Tu n'as certainement pas à t'en vouloir pour ce qu'il s'est passé. »

Il reprit ses cent pas, les mains toujours sur les hanches. Des larmes de rage plein les yeux.

« Tu es seulement tombé sur une bande de putain de connards qui ne perd rien pour attendre... »

De nouveau il serra les dents. Il fallait qu'il se calme. Et pour cela, il fallait qu'il cesse de marcher. Il s'assit à côté de la jeune femme, les mains serrées sur ses genoux. Il fixait ses pieds, essayant de calmer les tremblements et sa respiration. Rassembler ses pensées. Mais il avait beaucoup de mal... Peu lui importait que cela fasse parti du passé. Ils l'avaient fait souffrir et il ne voyait rien d'autre que ce fait. Il fini par se tourner vers la jeune femme après de longues minutes à tenter de retrouver son calme. Il y était quelque peu parvenu. Quelques larmes colériques avaient laisser des sillons salés sur ses joues. Il posa avec un peu de brusquerie une main sur le menton de la jeune femme, l'obligeant à croiser son regard et susurrant plus que murmurant entre ses dents.

« Ne sois jamais. Jamais Yen. Désolée pour ça. Est-ce que c'est clair ? »

Il lâcha son menton, une vague de tremblement envahissant ses mains et serra de nouveau son genou, sans pour autant la quitter des yeux, de son regard sombre... Elle hocha la tête pour lui répondre positivement à ses mots, puis elle posa sa main sur la sienne avec douceur.

« Tu ne peux pas tuer tous les connards de cette terre... »

Elle marqua une légère pause avant de poursuivre dans un murmure.

« Je ne veux pas ça... Je veux juste que tu restes avec moi... »

Elle avait réellement peur que cette rage le pousse à une vengeance destructrice, qui pouvait avoir des conséquences et mettre sa vie en danger... Et cette inquiétude, elle brillait dans l'iris de ses yeux... Elle avait besoin de lui, de sa présence et c'était tout ce qu'elle lui demandait. Il eu un sourire cynique et détourna les yeux pour regarder ailleurs, secouant doucement la tête.

« Je ne veux pas tous les tuer... Je veux seulement les tuer eux. »

Il leva les yeux vers le plafond et ferma les yeux, essayant de calmer sa respiration, sans y parvenir. Le flot de ses pensées était encore trop vif. Mais une partie de lui avait entendu les paroles de la jeune femme et il restait là. Il fini par se lever, avec une certaine brusquerie et marcher un peu. Cela l'aida à réorganiser ses pensées. Quand il reprit la parole, son ton était un peu plus calme, bien qu'empreint d'un fond de colère.

« Excuses moi. Je ne voulais pas te réveiller. »

Il le pensait, même si cela était difficile à voir dans le ton de sa voix : colérique, un peu lointain. Il posa de nouveau les poings sur ses hanches, s'arrêta et leva la tête, les yeux clos, cherchant au fond de lui la ressource pour revenir au calme. Mais c'était bien loin en lui... Elle lui lança un léger sourire en secouant la tête, il n'avait pas besoin de s'excuser pour ça... Elle était même soulagée, car il aurait pu très bien partir en silence accomplir un véritable massacre dans sa rage sans qu'elle ne le sache. Elle se leva, se dirigeant vers lui avant de venir se blottir contre lui. Elle le serra un peu fort, fermant les yeux en posant sa tête contre son torse... Elle aussi avait du mal à faire le tri dans ses pensées. Cela lui prit quelques minutes. De longues minutes. Mais il fini par se calmer, et refermer ses bras autour d'elle, baissant la tête pour poser le nez dans ses cheveux. Le moyen le plus efficace pour le calmer, finalement. Petit à petit, il reprit une respiraton plus calme et les tremblements cessèrent. Il serait toujours en colère contre ceux qui lui avait fait du mal. Mais peut-être que cette première vaue destructrice était passée, il pourrait plus facilement faire la part des choses. Il eu un soupir haché avant de finalement prendre la parole en douceur.

« Je suis désolé que tu m’ait vu dans cet état... Ça ne m'arrive pas souvent... Pratiquement jamais même... »

Mais cette fois, il n'avait pas pu s'en empêcher, et le contrôle avait été bien difficile à retrouver... Elle releva la tête vers son visage, plongeant son regard dans le sien avant de venir poser ses mains sur ses joues.

« Je préfère te voir dans cet état, que savoir que tu gardes tout ça pour toi... au point que cela va finir par te détruire... »

Elle déposa un chaste baiser sur ses lèvres avant de poursuivre avec une douce sincérité.

« Je t'aime avec tes qualités, tes défauts... Que tu sois de bonne humeur, taquin ou dans une colère comme celle-ci... J'accepte ton passé, tes valeurs... Ne t'excuse pas pour ça... Je t'aime tel que tu es, alors reste-toi même... Tu peux perdre le contrôle avec moi, il m'arrivera probablement d'exploser un jour ou l'autre... Dans toutes les situations, je serais là. »

Il se contenta de hocher positivement de la tête avant d'enfouir son visage au creux de son cou. Il soupira, restant un instant dans ses bras avant de finalement l'entraîner jusqu'à son lit, pour s'y installer. Il attendit la jeune femme, collant son torse contre son dos, l'enserrant contre lui avec une certaine force, enfouissant le visage dans ses cheveux emmêlé... La tension s'évacuait peu à peu, le secouant de spasmes involontaire par moment, mais à son contact, il retrouvait peu à peu son état normal. Il fini par déposer un long baiser sur sa nuque après un léger soupir.

« Je t'aime aussi Yen... »

Mais il ne pouvait pas lui promettre qu'il serait toujours là, cela, il se l'interdisait encore... Elle posa ses mains sur ses bras, appréciant d'être ainsi blottie contre lui. Elle ferma les yeux, écoutant sa respiration et tâchant de chasser ses dernières pensées. Et si elle ne lui avait jamais donné le contenu de cette enveloppe... Par moment, elle en venait à regretter son geste, à regretter sa demande. Elle aurait peut-être pu se contenter qu'il supprime juste la menace que représenter Jonah, laissant ainsi le passé au passé.

***
La courte nuit du coréen avait été agité et il avait eu bien du mal à se sortir de la tête les images qu'il avait vu dans la nuit. Malgré tout, la relative chaleur des rayons solaires avait eu le don de calmer ses angoisses et sa rage pour faire de lui le Kwaïgon que tout le monde connaissait à l'heure du petit déjeuner. Il descendit avec Yennefer, tenant distraitement sa main. Ce matin là, la table du petit déjeuner sembla bien vide au coréen. Il prit place à coté de Liam, qui semblait désespéré. Il n'était d'ailleurs pas très en forme apparemment... Ah peine s'étaient-ils assit que Liam poussait un soupir, joignait les mains en prière et regardait Yen d'un regard suppliant.

« Yen, je t'en supplie... Sauve moi la vie... »
« La note risque d'être salée à force. » dit-elle en plaisantant avec de continuer. « Tu as besoin d'aide pour quoi ? »

Elle s'était servi une tasse de café bien chaude, en déposant aussi une devant le coréen en souriant. Puis elle commença à préparer des tranches de brioches, en restant attentivement à la réponse de l'éleveur. Le coréen laissa faire Yennefer, observant avec une légère grimace son téléphone, trouvé par terre, qui présentait quelques éraflures. Il n'avait pas vraiment aimé l'animation nocturne... L'éleveur gardait les mains jointes et les yeux plongé dans ceux de la polonaise, secouant ses mains pour appuyé ses paroles.

« Cathy est malade donc Izikel ne sera pas là aujourd'hui. Myriam est en sortie scolaire. Siobhan a bossé toute la nuit. Neyla s'est foulé le poignet en tombant hier, elle a passé la nuit aux urgences avec Logan. Donc j'ai quatre cavaliers en moins... Mais toujours quatre chevaux à travailler ! Monte avec nous aujourd'hui. Je t'en supplie à genoux ! »

L'éleveur fit une grimace, espérant de tout cœur que la demoiselle accepte sa proposition... Sinon, il manquait de solutions... Elle but une gorgée de son café, avant de le regarder un instant silencieusement avec un sourire amusée sur ses lèvres. C'était amusant de voir Liam la supplier ainsi, presque tentant de le voir se mettre à genoux.

« Je vais avoir le droit à une monture complètement dingue ? » dit-elle en souriant.

Elle ne possédait pas un grand niveau en équitation classique, contrairement en western où Jeffrey se faisait un plaisir de la coacher très régulièrement. Cependant, depuis quelque temps elle s’entraînait avec Aliénor afin de progresser dans sa pratique. Mais, c'était toujours des séances en duo... Jamais avec le reste de l'équipe, jamais dans un cours collectif sous la direction de Liam. Si encore, c'était de l'attelage... L'éleveur jeta un coup d’œil à Kwaïgon avant de revenir à Yennefer. Puis de nouveau à Kwaïgon, qui retint un soupir, comprenant parfaitement où il voulait en venir. Il hocha vaguement de la tête en portant sa tasse à ses lèvres alors que Liam adressait un grand sourire à Yennefer.

« Je te propose Kim ! Il est gentil. Adorable même. Encore plus gentil et attentionné que son propriétaire. Et contrairement à lui, pas fou. Vendu ? »

Il fit de nouveau un sorte de grimace, à mi chemin entre le sourire et le serrage de dent, les mains toujours jointes. Elle se figea légèrement avant de poser son regard vers le coréen.

« Tu es d'accord... Non parce que finalement un fou m'irait aussi... » marmonna-t-elle dans sa tasse.

Elle n'avait pas été à l'aise de montrer Drink Up la première fois devant Aliénor, ne voulant pas faire de grosses erreurs impardonnables. Mais avec Kim, la pression serait encore plus importante. Elle savait l'importance qu'il représentait pour le coréen, elle n'était pas certaine que son niveau soit à la hauteur de ce cheval... Aussi gentil et adorable pouvait-il être. Le coréen avala sa gorgée de café en hochant de la tête en la tournant vers la jeune femme.

« Oui ! Je préfère te voir sur Kim que sur Wig' ! »

Il lui sourit doucement avant de reprendre en fronçant doucement des sourcils.

« Tu ne veux pas monter Kim ? »

Il devait bien avoué qu'il se demandait pourquoi... Son côté rationnel le poussait à penser que parmi les chevaux de la Team qu'il pourrait confier les yeux fermé à la jeune femme, seuls Kim et Unfor' figureraient sur sa liste. Mais Liam le savait également et s'il n'avait pas proposé l'étalon grullo, c'est qu'il était déjà prit... L'éleveur suivait leur conversation, les mains toujours jointes, accroché à leurs lèvres. Ezra les rejoint tranquillement, observant à son tour le spectacle sans trop comprendre ce qu'il se passait. Elle termina sa tasse de café, jetant un regard vers Ezra en guise de bonjour muet pour reposer son attention sur Kwaïgon en soupirant légèrement.

« Non, c'est surtout que je ne veux pas faire des bêtises avec lui. Je m'en voudrais si de l'agneau il passe au diable à cause mes maladresses de débutante. »

Elle récupéra un morceau de brioche, y rajoutant une bonne quantité de confiture avant d'y croquer un bout.

« J'ai l'impression que le classique est plus technique que le western, alors que je sais que non... Mais cela me stresse plus, j'avoue ! Puis, si je fais du mal à ton fils tu vas demander le divorcer ! » dit-elle en plaisantant.

L'humour, toujours sa solution pour évacuer ses émotions... Au fond, elle était très honorée de cette opportunité de faire une séance avec Kim. Et cela se lisait dans son regard, elle voulait juste bien faire par respect pour lui. Le coréen sourit, et Liam et Ezra également. Liam fini même par séparer ses mains pour prendre son café et en boire une longue gorgée. Kwaïgon se risqua à poser brièvement une main sur la joue de la jeune femme, lui caressant doucement la joue du pouce avant de reprendre sa tasse de café.

« Non, ne t'inquiète pas. Tu ne peux pas faire de bêtise avec lui. »
« Attends de me voir monter alors... »
« Et puis au pire si c'est le cas, il rattrapera ça en deux deux. »

Le métis sourit en avalant son café et piqua un morceau de brioche à la jeune femme, supportant sans broncher le regard noir du coréen en retour. Liam lui, est tout sourire, véritablement ravi que la jeune femme accepte de resté avec eux. Elle lança un regard à Ezra avant de répliquer spontanément à son geste.

« Hé dit ! La prochaine fois tu vas me piquer mon manger directement dans ma bouche ou quoi ! » ronchonna-t-elle malgré le ton amusé de sa voix.
« Ohla non ! Je laisse ça à Kwai. Sans t'offenser. »

Le métis sourit alors que le coréen soupirait de désespoir. Sa franchise était par moment à tous les niveaux, que ce soit sérieux ou non. Ses pensées par moment, elle devait les laisser s'échapper. Et là, elle devait évacuer au maximum ses émotions, surtout en pensant au futur cours collectif avec la team.

« Du coup, on sera combien à cheval ? »
« Ezra qui sera sur Chuwbaka, Dean avec Dux, Lou avec Unfor', Ale avec Invictus et Kwai sur Wig'One. Et c'est une séance de plat. Barre au sol. »

Liam sourit, plutôt fier de son idée apparemment. Kwaïgon soupira fortement à l’énoncé de sa monture du jour mais il ne broncha pas.La séance risquait d'être sportive pour lui mais bon... Neyla enchaînait les chutes avec lui et commençait à avoir peur de le monter... Il fallait bien que quelqu'un prenne le relais... Et Ale autant qu'Ezra étaient déjà pas mal servi avec les leur... Il ne restait donc plus que lui...

« Je vous laisse terminer le petit dej et on se retrouve à l'élevage ? »
« Oui chef ! »

Kwai se contenta d'acquiescer et faire un léger signe de la main à l'éleveur qui disparu rapidement, les laissant tout les trois, Ezra un grand sourire aux lèvres,  essayait de piquer un autre morceau de brioche à la jeune femme, aussi discrètement que possible... Elle leva les yeux au ciel avant de lui donner un morceau de brioche en souriant, pendant que son regard se posa sur le coréen.

« Merci !! »

Le métis englouti son morceau de brioche, les yeux brillants de malice.

« Je t'aide à mettre de la colle superglue sur ta selle... Car je présume qu'il n'a pas changé depuis la dernière fois ce fou... »

Elle ne remettait pas en cause le niveau du coréen, qui était impressionnant... Mais face à une telle monture, même un cavalier professionnel de son niveau en voyait des verts et des pas mûres. Et la nuit avait été courte... Son éclat de rage n'avait pas arrangé son état de fatigue, c'était surtout ça qui l'inquiétait un peu... Le coréen sourit doucement et termina sa tasse de café avant de répondre.

« Non ça va aller. J'arriverais à m'en sortir si on saute pas. »

Après tout, c'était surtout en saut qu'il était le plus dissipé... Le métis se leva, débarrassant la table en vitesse sans demander l'avis de ses compères. Il ne leur restait plus qu'une chose à faire, rejoindre l'allée et se mettre en selle !

***

L'allée était plutôt calme. Alejandro avait sorti tout les chevaux qu'ils ne montaient pas et Liam s'était occuper de mettre les poneys dans un pré communautaire avec Dom, qui était normalement chez Louna. Sans les poulinières, l'élevage était également plus calme. Il ne restait presque plus que des étalons. Lou était déjà en train de panser Unfor, le bel étalon lusitanien de Myriam, qui, attaché dans l'allée, regardait fièrement au dehors, la tête bien haute. Kim, comme à son habitude, ronfla à l'arrivée de son cavalier et le coréen ne se priva pas d'aller le saluer d'une grattouille derrière l'oreille.

« Salut gamin... C'est pas moi aujourd'hui. C'est maman Yen. T'as intérêt à être sage avec elle. »
« Sinon, privé des caresses de papa ! » dit-elle en rigolant.

Il servit au pur sang une regard sévère, mais l'étalon garda son regard doux et attentionné, observant son propriétaire avec curiosité. Le coréen entraîna la jeune femme dans la sellerie, pour lui présenter le matériel de l'étalon et de prendre également celles de Wig. Elle l'avait suivi jusqu'à la sellerie, pour le moment elle n'était pas encore stressée. Mais elle savait qu'une fois en selle, les premières secondes vont être fatalement une épreuve pour elle. Le temps qu'elle s'enferme dans sa bulle avec sa monture, oubliant ainsi la présence des autres cavaliers...

« Est-ce qu'il y a des choses que je dois savoir sur son fonctionnement en selle ? Ou tu me laisses la surprise de découvrir par moi-même ses secrets ? »

Elle ne savait pas si elle préférait savoir ou non... Mais s'il y avait un truc important à savoir, elle aimerait peut-être en connaître l'existence. Le coréen attrapa la selle de Wig et haussa doucement des épaules.

« Non... Pas vraiment... Il manque un peu de souplesse, il faut insister pour qu'il s'incurve, mais sinon... Il a de l'énergie mais il est facile à canalisé. Il va peut-être te tester un peu au début mais ça n'exède pas cinq minutes. Pour le coup, c'est vraiment une crème. Très à l'écoute et très appliqué. Il n'y a absolument aucune raison pour que vous ne vous entendiez pas. »

Le coréen sourit et attrapa le filet de sa monture du jour, qu'il passa sur son épaule, se penchant ensuite pour attraper son seau de pansage. En sortant, il croisa Liam, qui leur annonça le lieu du cours -une carrière de dressage- et qu'il les attendait dans une demi heure. Ils avaient intérêt à se dépêcher s'ils voulaient être à l'heure... Le coréen sourit à Yen et se dirigea vers le box de Wig, prêt à en découdre...

Une demi heure plus tard, ils étaient dans la carrière. Lou et Dean étaient déjà là et discutaient, marchant côte à côte, rênes longues. Erza se mettait en selle, Ale resanglait. Le coréen adressa un sourire rassurant à la jeune femme avant de se mettre en selle. Il avait perdu un peu en souplesse mais il devrait s'en sortir pour la séance du jour... Dès qu'il fut en selle, Wig'One prit un pas actif, l'oeil vif, aux aguets. Le coréen remonta sur ses rênes d'une main légère, chaussant ses étriers en même temps. Il n'aurait pas vraiment le loisir de porter attention à Yen durant cette séance... Si Wig se montrait aussi vif tout au long de la séance...

« Ok les enfants ! Détente individuelle. Variez beaucoup à l'intérieur de vos allures, soignez vos incurvations. Le thème du jour, c'est la rectitude. Autant en ligne droite qu'en courbe. Je ne veux pas voir des chevaux anguilles ! C'est surtout valable pour toi Ale et pour toi Kwaïgon. Yennefer, Kim a tendance à rechigner sur l'incurvation à gauche. S'il ne veut pas répondre à ta jambe, on mettra des éperons. Lou, si je t'ai mit Unfor', c'est pour que tu travaille ta position. Tes demandes ne sont pas assez précises et avec Unfor, ça ne pardonne pas, il est ultrasensible à l'assiette et aux touchettes. Dean, lui en demande pas trop, il a encore des courbatures de la séance d'hier. Si vous avez des questions je suis là ! »

Après avoir donné ses consignes, l'éleveur entreprit d'installer des séries de barres au sol formant de jolis motifs géométriques sur le sol de la carrière. Ses cavaliers étaient plutôt studieux. Dean continuait de marcher rênes longues, observant les autres d'un air un peu fatigué. Lou et Ezra s'était mit au travail dans un pas actif et Ale était déjà aux prises avec son étalon un peu récalcitrant. Le coréen pour sa part, tentait de canalisé l'énergie du bicolore à bon escient et le concentré sur des exercices simples mais rapides, changeant souvent de sens et de demande...

Elle avait écouté attentivement les consignes de Liam, en ruminant pour la forme sur le thème du cours. Puis après un bref regard vers les autres cavaliers, elle se plongea petit à petit dans sa bulle. L'étalon lui avait dévoilé pendant le pansage quelques facettes de sa personnalité, identique à la description qu'on avait pu lui faire le concernant. Et maintenant, qu'elle était sur son dos... Elle allait en découvrir des nouvelles. Les premières minutes, elle fut assez hésitante, maladroite dans ses demandes. Et Kim en profita pour la tester. Cependant, Kwaïgon avait raison... Il se calma rapidement quand elle reprit confiance en posant ses limites et en le recadrant correctement. Yennefer avait une équitation fine, jouant beaucoup avec le poids de son corps... Une équitation à l'instinct comme avait tendance à décrire Jeffrey. Elle prit son temps pendant la détente de faire connaissance avec l'étalon, beaucoup de transition afin de trouver la meilleure façon de communiquer avec lui dans ses ordres. Elle remarqua très rapidement que le côté gauche était sa bête noir pour l'incurvation, la poussant à jouer plus finement. Et elle devait bien avouer une chose, Kim était vraiment une crème, car il acceptait ses erreurs de débutant, mettant même du sien dans le travail.

Liam gardait un oeil sur ses cavaliers, corrigeant certaines choses, donnant des conseils pour d'autres. Quand il jugea la détente accomplie pour tout le monde, il rassembla ses élèves du jour, sauf Kwaïgon, pour leur expliquer l'exercice de la leçon. Le coréen, pendant ce temps là, lâchait un peu la bride au bicolore et le laissait galoper sur de larges cercles, l'autorisant à lâcher un peu de jus.

« On va commencer par la ligne centrale, au trot. Arrivé au bout vous passez par la pointe du V et vous continuez tout droit. On augmentera la difficulté au fur et à mesure. A la suite du V; départ au galop sur quelques foulées, puis retour au trot, vous revenez sur le dispositif, départ au galop à l'autre main etc. Attention à ne pas les laisser s'emballer. A avoir un bon trot en entrant sur les barres sinon ils feront des faux pas à l'intérieur des barres. Si vous ralentissez ou que le cheval part au galop au dessus des barres, c'est que votre trot était mauvais. Et c'est pas une fois sur les barres qu'il faut demander un trot de travail et de l'engagement, c'est avant. Une à deux foulées avant la première barre, on cesse de demander et on laisse le cheval y aller, sans pour autant perdre le contact. Si pas de question, c'est parti. »

Il se posta à côté des barres alignées et colorées et attendit le passage du premier cavalier. En grands habitués, les cavaliers laissèrent pas mal de distance entre eux et se mirent doucement en route. Dean passa le premier. Dux fit quelques touchettes paresseuses mais il fini par lever les pieds. Unfor y alla avec entrain mais se stoppa net en plein milieu, la faute à une erreur d'assiette de sa cavalière. Ezra n'eu aucun problème, il fit même le meilleur passage. Ale étant en difficulté et devant se mettre sur un cercle au galop avec son bai qui cherchait à carrément refuser le passage des barres, il laissa courtoisement Yennefer y aller. Kwaïgon marchant un peu un Wig One en sueur... Yennefer avait observé attentivement les passages des autres cavaliers, se rassurant ainsi qu'elle avait bien compris l'exercice demandé. Puis, elle tacha de faire le vide, n'osant même pas jeter un regard vers le coréen en sachant qu'elle risquerait de se mettre trop de pression ensuite. Elle joua avec ses doigts délicatement, cherchant à obtenir ce fameux trot de travail avec un bon engagement avant d'aller sur les barres. Son passage n'était pas parfait, mais elle n'était mise sérieusement à la pratique que depuis son arrivée au Haras...

« C'était pas mal ça Yen ! Reste un peu plus à ta place et se sera mieux. Kwai ! A toi ! »

Le coréen acquiesça et se reconcentra sur son cheval, prenant le trot, et quittant Yennefer et Kim du regard. L'étalon bicolore fit un passage assez sautillant, levant haut ses pieds pour être sûr de ne rien toucher et lâcha une belle ruade sur le passage au galop. Le coréen ne put pas le remettre de suite au trot mais c'était déjà ça.

« Bien ! Caresse ! Ale c'est quand tu veux. Les autres on enchaîne à l'autre main hein ! »

Ale tenta un passage, mais Invictus se planta devant les barres en secouant la tête et en se cabrant pour faire demi tour. Le cavalier n'abandonna pas pour autant, reprenant un exercice d'assouplissement en attendant de pouvoir faire un second essai. Dean enchaîna tout aussi bien que la première fois. Lou ne s'arrêta pas en plein milieu et Ezra manquait de rectitude.

« Regardes loin Ezra ! C'est un chewing-gum ton cheval là ! Encadres le ! »

Yennefer se décontractait de plus en plus, laissant apparaître un sourire au bord de ses lèvres. Le contact avec l'étalon était plus harmonieux, corrigeant les maladresses de début de séance, bien qu'il en aurait toujours certaines. Elle devait bien avouer qu'elle prenait beaucoup de plaisir à être sur sa selle. Alors quand son tour arriva, en tentant de respecter l'aide de Liam, elle fit son passage à l'autre main. Elle sentit une légère différence dans ce passage-là...

« C'était super ça Yen ! »

Le coréen enchaîna derrière Yen et Kim, avec un passage similaire au premier. Derrière lui, Ale retenta, et essuya un nouvel échec. Liam lui conseilla de passer au pas, pendant qu'il expliquait la suite aux autres... Une fois ses cavaliers autour de lui, il prit la parole d'un ton calme.

« Bon, cette fois, on va faire la ligne centrale, plus l'un des deux demi-cercle. Au lieu de poursuivre sur le second demi-cercle, vous continuez tout droit et vous gagnez la piste. Là encore, en gagnant la piste, un départ au galop sur quelques foulées avant de revenir au trot et revenir de suite pour faire la même chose à l'autre main. Des questions ? »

Tout le monde secoua négativement de la tête et se remit au travail. Le virage rendait l'exercice un peu plus difficile. Malgré tout, Dux semblait toujours un peu blasé. Lou avait un peu trop fait dévié Unfor à l'intérieur du cercle et Ezra avait un cheval un peu plus réactif étrangement. Comme s'il se réveillait enfin après tout ces passages. Ale s'intercala entre Yen et Ezra pour effectuer un passage un peu chaotique, reprenant l'exercice au même point qu'eux. Mais on voyait bien qu'Invictus s'énervait. Il secoua d'ailleurs la tête avec force tout au long de son passage... Yennefer se pinça les lèvres face à l'exercice qui se complexifiait, étudiant toujours les passages des autres cavaliers pour confirmer ses pensées. Elle se lança avec la motivation de bien faire, mais surtout dans le but de se faire plaisir avec Kim. Elle osait être plus discrête avec ses aides, utilisant beaucoup le poids de son corps, en gardant en tête les paroles de Liam. Kim manifesta sa joie lors du départ au galop, joie que la cavalière ressentait aussi à cet instant... Mais elle put reprendre le trot sans grande difficulté.

« Bien Yen ! Caresse. »

Le coréen sourit à l'image que lui offrait ses deux aimés mais se reconcentra vite sur sa tâche. Wig'One eu plus de difficulté, faisant un écart pour s'échapper des barres. Le coréen encaissa et repassa tout de suite sur le dispositif, avant que les autres cavaliers ne reviennent pour le faire à l'autre main. Liam réclama ensuite un second passage pour tout le monde, afin d'être sûr que c'était bon pour tous, avant de déclaré une petite pause. Le coréen en profita pour s'approcher de Yen, un léger sourire aux lèvres.

« Alors ? Ça se passe bien pour l'instant ! »
« Le fiston est sage ! » dit-elle amusée avant de reprendre. « Il est vraiment gentil, pardonnant mes erreurs. C'est vraiment plaisant de le monter. »
« Je t'avais dit que c'était une crème ! » répondit-il en souriant.

Elle lui lança un regard en souriant sincèrement, pendant qu'elle caressait affectueusement l'encolure de l'étalon. Elle ne serait pas contre de le monter de temps en temps... Et du coup, elle comprendrait mieux la demande de Liam pour le débourrage de Triss. Le coréen avait fait un travail incroyable avec Kim.

« Il te fait suer le tien par contre... C'est à se demander si un jour, il se calmera. »
« Oui... Mais ça va... Je compte pas tomber aujourd'hui ! Mais c'est vrai qu'il est casse-couille... »
« J'espère bien que tu comptes pas tomber aujourd'hui ! »

Et c'était peu de le dire. Le coréen soupira et lança un regard peu amical aux oreilles du bicolore. Lou les rejoignit au petit trot, un grand sourire aux lèvres. Elle repassa au pas à la hauteur de Yen. La polonaise posa son regard sur Lou, bien qu'elle jeta toujours des coups d'oeil au coréen.

« Coucou les amoureux ! C'est cool que tu monte avec nous Yen ! Tu viendras plus souvent alors ? »
« Je ne sais pas... Car j'en connais un qui va ronchonner, déjà qu'il aimerait bien m'avoir à plein temps avec lui. Et puis, je ne suis vraiment pas à votre niveau. »

Elle ne connaissait pas beaucoup Lou, comme un peu l'ensemble de l'équipe qu'elle apprenait de plus en plus à connaître depuis sa relation avec le coréen, sauf Liam. Mais elle semblait être d'une grande curiosité... Et elle se demandait si par moment, elle n'était pas du genre à franchir quelques limites. La rouquine fronça un instant des sourcils, en proie à la réflexion avant de faire une moue un peu déçue...

« Oh... Jeff c'est ça ? Il est terrible ce mec, il nous pique tout le monde... »

Elle secoua la tête négativement, sans pour autant perdre de sa fraîcheur et de sa joie de vivre. Le coréen la savait loin d'être innocente mais elle jouait très bien la fille naïve et innocente du groupe. Ce n'était pas si gênant que ça au final, sauf quand elle venait lire par dessus votre épaule... Ce dont le coréen avait fait les frais lorsqu'il prospectait pour l'achat de Kim... Heureusement, elle avait gardé sa langue à ce moment là, mais depuis, il faisait toujours un peu attention à ce qu'il avait dans les mains quand elle était dans les parages... Elle avait un sens du privé assez peu développer... Yennefer ne put s'empêcher de rire à ses paroles.

« C'est bien lui ! Il aime bien avoir un harem à ses pieds. » dit-elle en rigolant.

Il y a toujours de l'agitation dans l'élevage, entre ses élèves à sa charge, son équipe et surtout son troupeau de chevaux qui ont tendance à le faire tourner en bourrique. Une ambiance différente que dans les écuries de la team, pas qu'elle était meilleure... Elle était juste atypique, à l'image de son propriétaire.

« Et je pensais qu'il ne vous piquait que Izikel moi ! »
« Izikel... Toi... Ça commence à faire pas mal ! »

La rouquine sourit de nouveau alors que Liam les sommait de se remettre en route. Le coréen eu un soupir en tournant la tête vers les filles.

« La récré est terminée... »

Ils reprirent le trot, studieux, pour refaire le dispositif mais dans sa totalité cette fois, avec le passage des cavaletti au galop. Dux et Unfor furent exemplaires. Invictus tenta de mettre son cavalier par terre. Ezra avait un peu plus de mal avec son bicolore. L'équidé ne comprenant pas trop comment sauter les cavaletti. Mais après plusieurs passages isolés sur les trois petits obstacles, les choses se firent mieux. Le coréen devait sans arrêt faire des cercles après ses passages des cavaletti, Wig'One s'obstinant à vouloir en sauter deux d'un coup et rester au galop ensuite. Yennefer avait repris l'exercice dans la bonne humeur, bien que son premier passage après la pause n'a pas été parfait. C'était le temps de relancer la machine, je retrouvais la bonne cadence de trot et sa bonne position en selle.  

Liam les fit enchaîner les passages, jusqu'à ce que Lou commence à râler dans sa barbe qu'elle avait mal aux fesses. D'autant plus que les chevaux commençaient à être trempés. Wig'One avait le poitrail entièrement recouvert d'écume, mais il était enfin calme et le coréen réussi un enchaînement complet du dispositif sans faire de cercle. Jugeant qu'ils avaient bien bosser malgré quelques erreurs persistantes, l'éleveur les laissa marcher rênes longues, le temps de ranger ses barres. S'ensuivit un concert de caresses ! Dean et Lou décidèrent d'aller marcher dehors. Ale et Ezra restèrent un peu pour faire quelques assouplissements. Le coréen se rapprocha doucement de Yen, un sourire aux lèvres.

« Je ne sais pas qui est le plus sadique... Liam ou Jeff lors des entraînements...  »
« Ah ça... »

Elle avait posé un regard amusé vers le coréen. Elle devait bien avouer que la séance, bien qu'avec Kim elle n'avait pas eu à batailler comme certains cavaliers, n'avait pas été de tout repos surtout en fin de séance où le rythme s'était enchaîné.

« Et je vais peut-être te piquer Kim et demander la garde alternée. » dit-elle en rigolant.
« Tu peux le prendre quand tu veux. »

Le coréen sourit et se pencha un instant sur l'encolure de Wig'One pour la lui flatter. Il avait quand même bien bosser sur cette séance !

« Par contre il va falloir doucher Kim... Et lui mettre de l'argile. Tu l'as déjà fait ? »
« Oh oui... Des milliers de fois, autant dans la clinique où je bossais qu'avec les chevaux de Jeff ! »

Il sourit en réponse à la jeune femme. Que pouvait-il demander de plus ? C'était parfait... Il portait une grande attention aux tendons de son petit protégé, qu'il ne voulait pas voir s’abîmer, comme au reste de ses chevaux de toute façon. Wig aurait droit au même traitement, d'autant plus qu'il était encore plus transpirant que Kim... Elle était attendrie par sa demande, qui ne pouvait signifier qu'une seule chose. Il faisait très attention à la santé de son cheval, elle comptait en prendre grand soin. Elle lui flatta l'encolure, gratouillant légèrement proche du garrot, bien qu'avec la selle elle ne pouvait pas viser la zone sensible chez lui.

« Il a déjà eu le droit à une séance de Shiatsu ? »
« Non jamais... Il connaît l'ostéo bien sûr mais pas le shiatsu... »
« Et oui, maman Yen lui en fera une dans la semaine. » dit-elle en souriant.

Et lui même serait curieux de voir une séance entière... Il s'arrêta à l'entrée de la carrière, ne voulant pas prendre le risque de déambuler dans les allées avec Wig, préférant être à pied, et se dirigea vers l'allée de l'élevage avec la jeune femme. Première étape, débarrasser l'étalon de son matériel. Ensuite douche, argile, et séchage... Une bonne heure de soins en perspective, voir plus...

***

Après s'être assuré que Wig était bien, il se dirigea vers Kim et Yennefer, passant machinalement la main sur le chanfrein de son étalon, qui tendait le nez vers lui, les oreilles en avait. Il avait l'air calme, tranquille... Comme à son habitude en fait.

« Ça va ? »

Elle avait pris son temps dans les soins de l'étalon, appréciant son caractère. Elle tourna sa tête vers le coréen en entendant sa voix, ne pouvant pas s'empêcher de sourire.

« Très bien, je commence à connaître ses zones de grattouilles préférées ! »

Le jeune homme rit doucement, poursuivant ses caresses sur le chanfrein de l'étalon. Elle flatta l'encolure de l'étalon en se rapprochant de Kwaïgon, afin de déposer un chaste baiser sur ses lèvres. C'était plus fort qu'elle... Elle en avait tout simplement envie. Il se laissa faire, passant doucement une main sur sa hanche à ce contact.

« Tu n'es pas trop fatigué ? »

Son regard observait les traits de son visage, un faible lueur inquiète dans son regard. Cette nuit-là allait être difficile à chasser pour le moment.

« Si... Je vais faire une pause dans... Dans ma recherche. Je vais éviter de m'y pencher cette nuit... Je reprendrais demain ou après-demain. »
« Tu peux même prendre une semaine... »

Il avait besoin de prendre un peu de recul et de sommeil. Son rythme devenait un peu trop chaotique pour qu'il le supporte correctement... Elle pouvait même accepter qu'il arrête tout simplement ses recherches, surtout si celles-ci le blesse. Il soupira et jeta un oeil à Kim qui commençait à somnoler doucement sous les caresses avant de revenir à la jeune femme avec un léger sourire.

« C'est quoi ton programme de l'après-midi alors ? »
« Hm... Très bonne question. J'ai un peu oublié de regarder ce matin, si cela se trouve Jeffrey m'attends comme un tigre en cage. Et toi ? »

L'éleveur avait l'habitude, elle n'était pas vraiment tête en l'air, mais les choses banales elle pouvait les oublier. Soudainement, un sourire malicieux s'était dessiné sur ses lèvres en attendant sa réponse.

« C'est notre après-midi de repos... Je pensais aller faire un tour en ville, j'ai quelques courses à faire. Sinon pas grand chose... J'hésite à rester traîner dans le Haras, je suis un peu fatigué. »

Il adressa à la jeune femme un doux sourire, s'autorisant un regard un peu las. Si elle avait une proposition cependant, il changerait ses plans... Mais... Sinon... Il avait bien une idée en tête et cela concernait même la jeune femme...

« Une petite sieste peut-être ? » dit-elle avec malice.

Elle ne serait pas contre de rester avec lui, les journées lui semblaient de temps en temps bien longues sans sa présence à ses côtés. Bien qu'ils passaient une grande partie de leur soirée ensemble, ce n'était pas toujours suffisant pour elle. Ce manque avait tendance à lui serrer la gorge. Il prit une légère inspiration à la proposition de la jeune femme, réfléchissant un peu, pesant le pour et le contre.

« Mmh... Je ne sais pas. J'ai peur de ne pas dormir cette nuit si je dors maintenant... Et puis j'aimerais vraiment aller voir un truc et je ne sais pas si j'aurais une autre occasion aussi vite... »

Il haussa doucement des épaules avant de reprendre, toujours un peu indécis au fond. Sa proposition lui faisait vraiment envie...

« Mais si Jeff te laisse libre cette après-midi, tu pourrais peut-être venir... Après tout ça te concerne... Et si je m'endors tu pourras prendre le volant à ma place comme ça ! »

Il sourit doucement, attendant de voir sa réaction avec une certaine malice. Elle fronça légèrement les sourcils à ses paroles, laissant apparaître une lueur curieuse dans son regard.

« Ça me concerne ? C'est à dire ? Tu veux aller voir quoi... »
« Si je te le dis c'est plus une surprise. »

Et se serait forcément moins drôle. Il avait piqué à vif sa curiosité, Jeffrey allait forcément devoir se passer d'elle pour la journée.

« Par contre, non je ne prendrais pas le volant de un parce que ta voiture est un monstre ! Et de deux parce que je n'ai pas le permis. » dit-elle en souriant.
« J'allais dire que le permis ce n'est qu'accessoire mais en fait... Ça l'est pas quand il s'agit de ma voiture en effet. »

Il fit une légère grimace et déposa un baiser léger sur le front de la jeune femme et sorti du box en passant une dernière fois la main sur son chanfrein.

« Tu veux aller voir Jeff ? Enfin, ça dépend si tu veux m'accompagner ou pas aussi... »

Il n'y avait pas que l'avis de Jeffrey au final. Le sien comptait aussi. Même s'il ne doutait pas trop de sa réponse à la vue de la lueur curieuse qui avait illuminé ses traits.

« Je vais lui envoyer un message, c'est plus sûr... Si non, il pourrait nous capturer tous les deux ! Et oui, je t'accompagne ! »

Elle l'avait suivi pour sortir du box, soudainement impatiente de connaître la surprise. Surtout qu'elle n'avait pas la moindre idée de ce que cela pouvait bien être... Quand on sait que son cadeau d'anniversaire était un appartement... La démesure du coréen avait tendance à la mettre sur le cul.

« Parfait alors ! J'espère que Jeff ne m'en voudra pas trop... J'aime pas trop l'idée de me mettre tout ton entourage à dos... Je crois que juste ta mère c'est suffisant...  »

Il servit un léger sourire à la jeune femme avant de fermer la porte du box et l’entraîner vers son pavillon. Il avait des clés et un portefeuille à récupérer avant de rejoindre le parking... Ce qu'ils firent dans la droite lignée !

© Louna Reg & cie - Copie interdite


Dernière édition par Oror le Mar 7 Mar - 9:21, édité 1 fois
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Lun 6 Mar - 15:10


“ Suite ”
***

Le jeune homme conduit moins vite qu'à son habitude et avec un peu moins de fluidité, ce qui trahissait sans mal sa fatigue du jour. Cependant, ils arrivèrent à bon port sans mal et il fini par garer la voiture devant une boutique pas très grande au premier abord, la façade peinte en noire et qui ne donnait pas forcément envie, ni même qu'elle était ouverte... Quelques notes de musiques avaient été peinte avec soin sur la vitrine mais elle semblait un peu écaillée. Un grand morceau de papier jauni par le temps couvrait la moitié de la vitrine, empêchant de voir à l'intérieur. Le jeune homme resta un instant assit, les mains posées sur son volant et attendit la réaction de la jeune femme, sans rien dire. Elle observa la vitrine, dont elle n'arrivait pas à apercevoir l'intérieur, un détail qui fit ronger sa curiosité. Puis elle braqua son regard vers lui en fronçant les sourcils.

« Ne me dit pas que tu as acheté une nouvelle boutique ! »

Elle devait bien avouée qu'elle n'arrive pas encore à comprendre la raison de leur présence ici, bien que les notes de musiques fit germer quelques idées dans ses pensées... Le jeune homme laissa échappé et rire réellement amusé avant de répondre à la jeune femme, son sourire ne quittant pas ses lèvres.

« Non ! Non, non... C'est... C'est une boutique de musique... Je sais qu'elle paye pas de mine comme ça mais bon... Je venais voir ce qu'ils avaient en terme de pianos... »

De nouveau, il posa un regard doux sur la jeune femme, sans se départir de son sourire et sans pour autant changer de position... Elle avait maintenant la confirmation de leur raison ici...

« Tu prends de l'avance pour mon prochain cadeau d'anniversaire c'est ça ? » dit-elle amusée.

Elle connaissait déjà la réponse à sa question... Avait-il besoin de prétexte pour offrir quelque chose ? Elle n'avait tellement pas l'habitude d'être à ce point gâtée, d'avoir un pied dans le luxe... Elle avait peur d'être dépassée avec le temps.

« Non mais... Si ça peut te faire plaisir de le croire... »

Il haussa des épaules enleva les clés du contact. Un sourire s'afficha sur ses lèvres à ses mots, ainsi qu'une vague d'affection pour lui. Sa franchise, sa manière d'être ne la laissait jamais indifférente.

« On va voir ? »
« Allons voir ça ! »

Avec un nouveau sourire il ouvrit sa portière pour sortir, attendant la jeune femme pour entrer dans la boutique... L'intérieur était plus attrayant. Rempli d'instruments, sentant le bois et d'autres choses que le jeune homme n'identifiait pas. Il parcourait des yeux les instruments, distraitement, laissant finalement faire la jeune femme. Ce n'était pas plus mal qu'elle soit venu finalement ! Elle pourrait plus judicieusement faire un choix que lui... Il s'approcha d'elle et lui souffla quelques mots dans le silence de la boutique... Elle l'avait suivi avec la même curiosité du début, son attention avait rapidement balayé la boutique avant de se poser vers l'un des piano au fond de la pièce. Elle s'était approchée lentement, faisant rapidement le tour avant d'admirer les touches.

« Qu'est-ce que t'en pense ? »
« Cette marque de piano est très réputée... »

Elle s'était renseignée un jour sur les modèles, mais surtout les prix. Et bien que cela pouvait varier d'une boutique à une autre, voir d'un pays à un autre... Ils restaient toujours dans une fourchette assez petite et une somme exorbitante pour elle. Elle finit par s'installer sur le tabouret, glissant délicatement ses doigts sur les touches... Et ne tarda pas à entamer une mélodie. Quand elle termina de jouer la dernière note, elle tourna son regard vers lui, répondant enfin à sa question.

« Il est à la hauteur de sa réputation. »

Le jeune homme l'avait laissé faire et écouta la mélodie avec attention, fermant même les yeux quelques secondes... La musique eu le même effet sur lui que la dernière fois que la jeune femme avait joué, le laissant un peu fébrile... Mais un froissement attira son attention et il tourna la tête. Une femme d'une soixantaine d'année se tenait là, un fin sourire aux lèvres. Le coréen la salua d'un geste de la main, en révérence et elle fit de même, lui souriant largement, laissant découvrir des dents manquantes...

Il n'avait pas choisi cette boutique au hasard. Il connaissait cette femme pour avoir travailler avec elle à une certaine époque. A ce moment là, elle vivait du côté de Vladivostok et elle hébergeait les passeurs... Elle tenait déjà un magasin de musique et c'était une vraie passionnée. Ils écoutèrent la jeune femme en silence jusqu'à ce qu'elle se retourne. Le coréen lui sourit, légèrement chamboulé au fond de lui...

« Je vois ça... »

Il inspira de façon un peu chaotique et sourit à Yennefer.

« Il te plaît ? »
« Oui... »

Elle ne pouvait pas lui mentir, ce piano était une merveille. Et quel pianiste ne rêverait pas d'en posséder un ? Mais elle se demandait si elle méritait d'en avoir un, elle n'était qu'une pianiste débutante selon elle. La tenancière de la boutique attendait, ne semblant pas vraiment les comprendre... Et pour cause, elle ne parlait que russe et polonais. Il allait forcément y avoir un moment dans la conversation où l'un d'eux ne comprendrait pas les autres.

« Je te présente Natalia. Elle parle russe et polonais... Donc si tu veux lui poser des questions, n'hésite pas... »

Il sourit gentiment, glissant les mains dans ses poches, curieux de voir ce qui allait se passer... Elle remarqua enfin la présence de la gérante, se levant du tabouret en lui adressant un sourire. Son regard s'était illuminée en apprenant que celle-ci parlait le polonais.

« Bonjour Natalia, je me présente Yennefer. J'espère que vous ne m'en voulez pas d'avoir utilisé votre piano. J'aurais dû vous demander l'autorisation avant, mais j'avais jamais eu la chance de voir un tel piano... »

La tentation avait été trop forte, elle avait eu envie de jouer... Et encore maintenant, elle sentait ses doigts légèrement picotés. Natalia lui sourit, plein de chaleur dans le regard et une pointe d'admiration.

« Non, non... Vous avez eu raison. Ils sont là pour ça ! Essayez-en d'autres si vous le souhaitez ! Le ressenti et le poids des touches diffère d'une marque à l'autre. Tout comme le son. Alors n'hésitez surtout pas. »
« Je vous remercie. » dit-elle en souriant.

De nouveau elle sourit et adressa quelques mots à Kwaïgon en russe, auquel il répondit d'un bref hochement de tête et d'un sourire. De nouveau elle sourit à Yennefer et lui fit un geste de la main, lui signifiant d'aller en tester d'autre et de se faire une meilleure opinion de tout ce qu'elle pouvait offrir... Elle se dirigea vers les autres piano de la boutique, prenant le temps de jouer quelques assortiments de notes, revenant par moment en refaire d'autres de nouveau. Elle cherchait à trouver le piano où le toucher et le son la faisait la plus frissonner.

« Vous avez un choix de piano incroyable... »

Elle lança un regard au coréen, un sourire s'était gravé sur ses lèvres depuis quelques minutes. Elle se dirigea vers le premier piano, qui restait son coup de cœur...

« Je crois que j'aime bien celui-ci... »

Le coréen l'avait laissé faire, souriant à ses paroles et à ses gestes. Quand elle était revenu vers le premier piano, son sourire s'était agrandi. Il s'approcha doucement de jeune femme, passant une main dans son dos, au creux de ses reins, pour finalement venir souffler à son oreille.

« On prend celui-là alors ? »
« Est-ce que tu as conscience que tu me gâtes trop... »

Un sourire passa sur ses lèvres, malicieux. S'il disait que c'était son cadeau d'anniversaire pour lui-même, peut-être que la chose passerait mieux ? Avec un peu de chance... Elle tourna la tête vers lui, plongeant son regard dans le sien.

« Je n'ai pas besoin de tout ça pour t'aimer. »
« Je le sais. »

Elle lui avait déjà dit, mais elle risquerait de lui dire à chaque fois, sans probablement changer quelque chose. Elle posa une main sur sa joue, la caressant délicatement avant de reprendre parole.

« Est-ce que cela te fait plaisir de me gâter aussi ? Qu'est-ce qui te motive autant à me rendre dingue de la fortune que tu dépenses... »

Elle lui lança un sourire amusée, malgré le sérieux de ses questions... Il sourit face à sa question et acquiesça vivement.

« Oui ça me fait plaisir. Si je te dis que cette fois c'est mon cadau d'anniversaire à moi-même tu me crois ? »

Elle éclata de rire face à sa réponse, secouant la tête en fronçant légèrement les sourcils.

« Oh tu vas te mettre au piano, j'ai hâte de t'entendre jouer du coup ! » Dit-elle malicieusement.
« Exactement ! Mais tu vas très vite te rendre compte qu'il vaut mieux que tu joue toi. » répondit-il en souriant.

Il fit une légère grimace. Il savait que c'était perdu d'avance mais au moins il aurait essayer. Il sourit de nouveau avant de se tourner vers Natalia et lui expliquer ce qu'il voulait et où faire livrer le piano. Après quoi, il s'arma de sa carte bancaire, la lui tendant avec sérieux. Une bonne chose de faite ! Elle ne s'était pas révoltée, sachant qu'il était aussi, voire plus, têtu qu'elle. Et qu'il avait finalement gagné la partie depuis leur arrivée devant la boutique. Il remercia chaleureusement Natalia avant de lancer un sourire malicieux à la jeune femme.

« Il sera livré demain au Haras... On rentre ? Ou tu veux faire autre chose, tant qu'on est encore en ville ? »
« Hm... »

Quitte à en profiter si elle avait un achat à faire... Le Haras étant exentré, ils ne venaient pas tout les jours dans le centre de Prague... Elle avait bien des achats à faire, mais sans la présence du coréen, sauf peut-être un. Elle lui lança un regard amusée avant de lui répondre.

« Il me faut du papier cadeau ! »

Elle avait mis longtemps à faire son choix sur son cadeau, des bricoles en comparaison à un appartement de luxe. Mais elle espérait qu'il puisse lui plaire quand même. Le coréen sourit, amusé.

« Très bien... Essayons de trouver ça alors. »

Il sourit de nouveau et entraîna Yennefer jusqu'à la voiture, reprenant la route un peu au hasard. Étrangement, ils trouvèrent du papier cadeau dans une boutique de souvenir. Il laissa choisir et faire la jeune femme, curieux avant de la ramener au Haras. La fatigue commençait à l'envahir et il s'allongerait bien quelques minutes avant le dîner...

© Louna Reg & cie - Copie interdite
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés Mar 7 Mar - 16:13


Chap. 10 | Ep. 14
“ Épilogue - Quand la nuit s'éclaircit ”
J'ai 160 Lignes
J'utilise un Résumé x2 de Louna
Merci pour la correction ! =)

Épisodes précédents : One Team, One Goal : Victory

Dans chaque personne saine d'esprit, il y a un fou qui cherche à sortir. Personne ne devient fou aussi vite qu'une personne parfaitement saine d'esprit.
- Terry Pratchett

Certaines actions, pour leur réalisations, demandent du temps. C'est ce qui rend ce temps si précieux. On court après sans arrêt pour en avoir plus, là où certains cherchent justement à s'en débarrasser. Le coréen avait toujours laisser le temps au temps. Faire les choses au rythme qu'elles l'exigent. Mais depuis quelques temps, il commençait à s'impatienter et pour une fois, il cherchait à ne pas attendre. Pour la sécurité de Yennefer, il avait décidé que pour reprendre la traque et la suppression des vidéos la concernant, il quitterait la chambre. S'il devait replonger dans l'état de colère dans lequel il s'était trouvé, il préférait que ce ne soit pas devant elle. Il avait attendu une bonne semaine avant de reprendre ses recherches nocturnes. Mais maintenant qu'il savait à quoi s'attendre, il arrivait à contrôler sa rage. Ce n'est qu'au bout de deux longues autres semaines qu'il réussi à enfin arriver à ses fins. Recenser tout les sites pornographiques, puis trouver les vidéos correspondantes et pirater le système pour les supprimer, entre autre réjouissances, n'avait pas été une tâche aussi facile qu'il ne l'avait cru. Cependant, un jour, peu avant l'aube, il avait enfin eu la confirmation après trois vérifications que plus aucune des vidéos de la jeune femme n'était disponible, en libre service ou non. Il ne pouvait rien pour ceux qui avaient potentiellement téléchargé les images chez eux, mais il avait laisser des traceurs un peu partout, au cas où l'une des vidéos referait surface. Quand il ne resta plus que le contenu de la clé usb, il s'autorisa un soupir, rejetant la tête en arrière et fermant les yeux quelques secondes. C'était fini. Un mois après, c'était enfin terminé. Du moins, pour Yennefer, c'était terminé. Mais pas pour lui. Il visionna une dernière fois les vidéos, isola les visages des hommes et lança une reconnaissance faciale avant de formater plusieurs fois la clé usb et profiter du Haras encore endormi pour aller la passer dans l'un des mixeur de la cuisine. Quand il revint devant son pc, dans la bibliothèque, sa recherche avait aboutie. Certains étaient déjà mort. Pour les autres, il contacta un homme de confiance. Il avait dit à Yennefer qu'il resterait au Haras et il le ferait. Mais cela ne l'empêchait pas d'agir malgré tout...

***

Sans Neyla et Logan, tout le planning avait été revu. Logan avait emporté ses chevaux avec lui, mais il restait ceux dont Neyla s'occupait. Sheïtan fut rendu aux bons soins de son propriétaire, mais il restait toujours la question de Wig'One. Pour l'instant, il était monté par Kwaïgon, mais le coréen ne trouvait pas cette solution extraordinaire. Un cheval en plus lui prenait du temps. Heureusement, une cavalière fraîchement arrivée au Haras avait prit l'étalon bicolore en demi-pension. Cela leur faisait gagné du temps. Malgré tout, le coréen dû vite se rendre à l'évidence : il ne pouvait plus assumer sa propre demi-pension. Il rendit donc le contrat d'Eurodisney, bien qu'à contrecœur. Il aimait bien cette moitié d'étalon, même si personne ne comprenait pourquoi.

Il y eu aussi du changement parmi les animaux de compagnie de l'équipe. Lou avait laissé Ome chez elle depuis les dernières fêtes de fin d'année. Logan était parti avec Legolas. Mais l'état de Caïpi, la lynx rousse de Louna, inquiétait toujours. Elle perdait du poids et son poil se faisait terne. L'éleveuse dût se rendre à l'évidence malgré la douleur que cela lui provoquait. Mais le verdict de Siobhan tomba rapidement : elle était malade, elle souffrait, et il ne pouvait rien faire qui puisse la soigner. Douloureuse décision, mais elle fut prise et le vétérinaire euthanasia la lynx... Il ne restait donc plus que Sherlock, le chat des forêts norvégiennes de Liam, avec son pelage tricolore. Il restait dans l'allée de la pension ou alentour, se risquant parfois à aller chez Louna pour voir Dom, mais guère plus. Un chat très casanier, ce qui arrangeait bien l'éleveur...

Carter prenait doucement ses marques dans l'équipe. Le coréen n'avait pas encore vraiment eu l'occasion d'apprendre à le connaître, mais cela viendrait. Il avait l'air d'apprécier l'équipe et les autres et c'est bien ce qui comptait le plus pour l'instant. Entre son absence et son planning quotidien qui incluait Yennefer une grande partie de son temps, il avait un peu de mal à passer du temps avec les membres de l'équipe en dehors des heures de travail. Personne ne lui en tenait rigueur, mise à part Liam. Non pas qu'il jalousait Yen mais... Ezra et Ale taquinaient pas mal l'éleveur là dessus, dès qu'il râlait dans sa barbe quand le coréen lui refusait un repas ou une entrevue. Ale avait même prit sa défense, alors qu'il était l'un de ceux qui le taquinait le plus, en lui servant un « Oh aller Liam ! Fais pas comme si ça changeait de d'habitude ! C'est juste que maintenant, on sait ce qu'il va faire. » avec un sourire amusé. L'éleveur n'avait plus rien dit derrière cela, ce qui avait tout de même arraché un sourire au coréen. Une chose était certaine en tout cas, tous s'accordaient à dire que sa relation avec Yennefer avait un effet plus que bénéfique sur lui. Et ils en étaient plus ou moins tous reconnaissant envers la polonaise...

Un autre membre de l'équipe dont le sourire revenait de plus en plus était Izikel. Il ne posait plus de questions et redevenait, au contact de sa fille, l'homme qu'il était. C'était, en soit, une bonne chose qu'il arrive à tourner la page. Mais depuis le retour du coréen, il ne cessait de lui lancer, lors de certains sujets un peu sensibles, des regards en biais, que le coréen ne pouvait pas ignoré. Il avait parfaitement comprit qu'à un moment ou un autre, il faudrait qu'ils aient une conversation à ce sujet. Mais Kwaïgon était certain d'une chose, il ne viendrait le voir que lorsqu'il serait prêt. Et pas avant.

Il en avait profité cependant pour rassurer Liam ; Il ne garderait pas le secret bien longtemps. L'éleveur avait été soulagé de l'apprendre... Ces mois hivernaux avaient été riches en émotions, autant pour l'équipe que pour le coréen, malgré son absence et d'un côté, ils étaient assez content de voir la fin du trimestre approcher. Pour fêter la fin de leur premier complet de l'année et l'arrivée des beaux jours, Liam organisa un barbecue à l'élevage. Tout le monde était là, Yennefer bien sûr, mais également Aliénor, future co-éleveuse avec Liam. L'éleveur, de coeur généreux, avait également proposé à Jeffrey de se joindre à eux, ainsi qu'à Tom et Reanna. Une façon également de rassembler tous ses témoins... Le coréen se prêta au jeu et rit avec les autres, lâchant prise pour une fois. La soirée se déroula merveilleusement bien... Et passé minuit, chacun commença à regagner son chez soi. Ils rangèrent les tables et les chaises... Bientôt, il ne resta plus que Yennefer, Izikel et Kwaïgon. Le coréen comptait s'éclipser avec Yen mais... Un petit quelque chose dans le regard de l'irlandais le retint. Il murmura à Yen qu'il la rejoignait très vite et s'assit à côté de l'éthologue, dans l'herbe, le long du mur de l'écurie. L'irlandais le remercia d'un sourire et sorti deux bouteilles de bière de la glacière qui était resté là. Seul vestige de leur repas...

Il décapsula les bouteilles et en tendit une à Kwaïgon, qui la prit avec un léger sourire. Ils restèrent longtemps silencieux, chacun sirotant sa bière. C'est finalement Izikel qui brisa le silence d'une voix légère.

« Elle est encore en vie, n'est-ce pas ? »

Il n'y avait aucun reproche dans sa voix, ni remords ou regrets. Seulement une pointe de curiosité sincère, que son regard partageait. Le coréen plongea les yeux dans les siens en restant silencieux un moment avant de répondre d'un murmure, en tournant la tête.

« Oui. »

L'éthologue hocha doucement de la tête en baissant les yeux sur sa bouteille.

« Comment est-ce qu'elle va ? »
« Mal. Elle fait une grave dépression... »
« Ça se comprend... »
« Oui... Je sais. »
« Mais ? »

Ils échangèrent un regard. L'irlandais restait serein, ce qui était déjà une bonne chose.

« Mais je ne lui pardonne tout de même pas. »
« Ce qu'elle t'a obligé à faire ? »
« Non, ce qu'elle t'a fait à toi. »

L'irlandais acquiesça avec un pincement de lèvres et prit une gorgée de sa bière, laissant le silence les envelopper un instant. Il reprit finalement la parole après une brève inspiration. Ce qu'il allait dire lui coûtait beaucoup, mais sa décision était prise. Et tout comme celles que prenaient Kwaïgon, elle était irrévocable.

« Je ne veux pas la revoir. Je me doutais qu'elle était encore vivante et j'ai eu pas mal de temps pour réfléchir et me demander ce que j'aimerais... Quelle direction je voulais que ma vie prenne et... Je me suis rendu compte que c'était sans elle. Et... Je me battrais pour garder Cathy si elle la réclame. »

Le coréen eu un bref hochement de tête. Cela avait dû être une décision difficile. Mais il l'avait prise. Et le coréen préférait d'autant plus que se soit dans ce sens là.

« Elle ne réclamera pas Cathleen. D'après... Les gens chez qui je l'ai placé, elle a des tendances à perdre l'esprit. Elle est dans une spirale destructrice et tant qu'elle n'aura pas remonter la pente et retrouver un équilibre mental lui permettant de penser et agir par elle même, ils ne la laisseront pas faire ce que sa folie lui dicte. »
« D'accord. Mais je ne veux tout de même pas la revoir. »
« Ce ne sera pas le cas si tu ne le souhaite pas, même après sa guérison. »

De nouveau, le silence les enveloppa et on n'entendit plus que le bruit des chevaux et de la bière dans leur bouteille en verre, au fur et à mesure de leurs gorgées. L'irlandais termina sa bouteille et tourna la tête vers le coréen, le regard grave, sincère. Kwaïgon plongea son regard dans le sien, à l'écoute.

« Merci d'avoir prit les choses en charge. De nous avoir protégé, Cathleen et moi, autant que possible. Et pour tout ce que tu feras à l'avenir, tant que toute cette histoire n'est pas complètement derrière nous... »
« Tu n'as pas besoin de me remercier... »
« Si Kwaï... -il rit un peu- Tu ne te rend pas compte de tout ce que tu fais pour nous tous... »

L'irlandais se releva et lui tendit une main pour l'aider. Le coréen s'en saisi et se retrouva prit dans une accolade légère, mais brève. L'irlandais se détacha du jeune homme et sourit.

« Bonne nuit tombeur ! Ne fais pas trop attendre Yennefer, elle va m'en vouloir après. »
« T'en fais pas pour ça va... »

Ils échangèrent un sourire et chacun reprit le chemin de son pavillon. « Tu ne te rend pas compte de tout ce que tu fais pour nous tous... » Non... Il ne se rendait pas compte. Et malgré le fait que tout le monde le lui dise, il ne s'en rendait toujours pas compte... Avant de rejoindre sa chambre il prit quelques minutes pour terminer sa bière, assit sur les marches du perron de son pavillon. L'annonce de l'état de Moïra ferait bientôt le tour de l'équipe. Mais... Il prenait les problèmes les uns après les autres. Pour l'instant, il venait d'en clôturer un, celui de Yen. Et malgré les mails inquiétant de Calum au sujet de Moïra, c'était un autre problème qu'il gérerait plus tard. Pour l'instant, il avait seulement besoin de sommeil après sa nuit blanche de la veille... Et s'il voulait avoir les idées claires pour faire face aux nouveaux problèmes, il devait s'accorder du temps et du repos... Deux choses contre lesquelles Yen ne serait pas contre, il en était certain...

© Louna Reg & cie - Copie interdite
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

MessageSujet: Re: Kwaïgon - Résumés
Contenu sponsorisé

Kwaïgon - Résumés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présumé coupable
» Résumé d'Homestuck.
» introduction à la psychologie sociale
» Les liaisons dangereuses de Laclos
» [info] Le format des feuilles A4, A5 A0, Kézako ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Loulou :: Résumés-