AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 

Fiche Ariane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Fiche Ariane Mer 21 Déc - 18:12
Ariane Deirdre Rosier
Informations civiles
Nom : Rosier -illustre nom, illustre famille. Un blason à redorer.
Prénom(s) : Ariane ; Deirdre -selon le souhait de sa mère, elle n'a jamais connu les origines de tels patronymes.
Date de naissance : 7 Mars 1969 -petit poisson en puissance...
Âge actuel : 31 YO -Tente d'oubli qu'elle est déjà dans la trentaine... Envie son cher cousin de ne pas encore y être.
Métier : Auror -employée du ministère afin de maintenir en ce monde ce qui s'apparente à la sécurité et l'ordre. Aime son métier au moins autant que sa famille.
Alignement politique : Neutre -bien qu'elle exprime à demi mot une certaine curiosité pour ce monde moldu qu'elle trouve presque hilarant.
Informations Magiques
Origines : sang-pur -Illustre famille, Illustre sang... Lointaines origines française et italiennes et plus proche, scandinaves. Toutes de sang-pur. Ou presque...
Baguette : Epicéa, plume de phœnix, 27 cm, souple -le prolongement naturel de sa main...
Patronus : Un faucon pélerin -plus qu'un animal, une prédestinée.
Épouvantard : Le cadavre de ses petits cousins et plus particulièrement de Léandre -Une vision qui s'insinue dans certaines de ses nuits...
Miroir du Riséd : Sa mère -définitivement perdue, rêve illusoire et impossible.
Ancienne école/maison : Ancienne Poufsouffle, entre septembre 1980 et juillet 1987

 
Descriptions
Caractère de votre personnage
 
Ariane présente deux facettes. Il y a la Ariane en public, avec ses aînés ou dans son métier, ou encore lors de soirées mondaines. Et il y a la Ariane que ses cousins connaissent bien mieux, dans l'intimité de leur demeure, ou encore la Ariane de la nuit, que peu connaissent. Deux facettes qui rendent le personnage pas forcément facile à appréhender pour ceux qui ne la connaissent pas et qui entrent subitement dans son intimité.

❖ Ariane des villes
Elle l'a démontré lors de ses études et de sa formation : Ariane sait être extrêmement sérieuse et concentrée. D'une nature loyale, surtout envers sa famille, elle a une grande faculté d'écoute et d'exécution. Elle n'est pas du genre à discuter un ordre ou une demande, surtout si cette dernière est justifiée. D'un esprit quasi-militaire par moment, elle peut se montrer très rigide dans ses pensées et dans ses actes. C'est cette Ariane là qui se montre implacable et sans failles ni faiblesses. Une femme intransigeante, qui peu être perçu comme très froide et hautaine. Une attitude qui sied très bien à son rang cependant et dont on ne lui tient pas rigueur dans les hauts cercles du monde magique. Une attitude cependant qui la rend difficile à aborder et à approcher.

❖ Ariane des champs
La jeune femme cependant, quand elle se retrouve dans la vaste demeure familiale ou en compagnie de ses cousins dans un endroit intimiste, montre une toute autre facette de sa personnalité. Plus détendue, plus espiègle et facétieuse, elle rit plus facilement et se montre un peu plus désinvolte. Elle se confie également, chose qu'elle ne fait jamais face au monde. Dire ce qu'elle pense au fond d'elle ? Briser les convenances et l'étiquette ? C'est quelque chose qu'elle ne s'autorise pas ailleurs que dans l'intimité de ceux qu'elle aime. C'est également dans ces moments là que l'on découvre la fervente croyante qu'elle est au fond d'elle. La croyance en ce Dieu unique qui les accompagne et les guide depuis la nuit des temps. En témoigne son tatouage, en l'honneur de ce Dieu à qui elle accorde tant d'importance au fond de son cœur. C'est également cette Ariane là qui se montre sans arrêt inquiète et qui protège à outrance ses cadets. Une mère poule en puissance, bien qu'elle n'apprécie guère les enfants. Les pleurs et les cris surtout, la font frissonner d'horreur. Une Ariane douce et attentionnée. Mais cette facette là serait un gage de faiblesse face au monde. Alors elle ne la montre pas. Jamais.  

❖ Ariane de la nuit
Il y a enfin une autre facette de la jeune femme, que l'on ne lui connaît qu'en des occasions choisie et en de si petit comité qu'elle semble être une légende... Mythe infondé, murmure s'évanouissant au petit matin, aussi vite qu'il était advenu dans la nuit. Une Ariane qui s'abandonne aux vices. Une Ariane qui se laisse tentée par les sept pêchés capitaux. Une Ariane bien plus sauvage qu'on ne la connaît. Plus mystérieuse aussi. Se fichant de ce que l'on pense, ignorant les règles, ignorant l'étiquette... La folie qui la guette et se cache en elle... Tout au fond d'elle...

Jeune femme complexe aux multiples facettes dont un très petit nombre en connaît la totalité... Ariane est également, dans tout ce qu'elle entreprend, extrêmement coriace, faisant preuve d'un farouche entêtement, qui la font souvent passer pour une personne têtue, alors qu'elle aime simplement aller au bout des choses, quelle qu’en soit l'issue. Un volontariat qui fait également d'elle une personne plutôt optimiste. Elle essaie toujours de voir le bon côté des choses avant de baisser les bras. L'expérience et la vie lui ont montré qu'on ne pouvait pas toujours voir les choses en rose et en grand et que le monde avait sa part de noirceur, ce qui a grandement entamer sa joie de vivre et son optimisme premier.

Comme je l'ai dit plus haut, elle est d'une nature loyale. C'est une personne sur qui, une fois sa confiance acquise, l'on peut compter. D'une très bonne écoute, d'une grande attention, il est facile de se confier à elle. Le contraire par contre, est peu valable. Elle ne se confie que rarement et elle n'accorde que difficilement sa confiance aux autres. Déformation professionnelle, éducation ou nature profonde ? Un peu de tout cela sans doute, exacerbée par les derniers événements historiques.

Protéger les autres, c'est également sa priorité et une fois que vous êtes dans le cercle assez fermé de ceux qu'elle considère comme sa famille, elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour vous protéger. Une amie, une amante, une sœur peut-être un peu trop protectrice mais elle ne s'en rend pas compte. Au fond, c'est pour le bien des autres. Et peut-être aussi pour son bien. Par ce biais, par ses actions, elle se sent utile. Reconnu ? Parfois... Ce besoin de reconnaissance, de besoin de l'autre, pouvoir être indispensable est un trait commun à nombre de Rosier. Elle n'y échappe pas.

 
Informations importantes
 
❖ Ariane porte en permanence une chevalière en argent à l'annulaire de la main droite, portant les armoiries de la famille Rosier. Elle ne quitte jamais ce bijou, qui lui sert également de seau lors de ses correspondances.

❖ Elle porte également un tatouage magique au bas de son dos représentant une croix chrétienne, ornementé de fines arabesques. Le tatouage est petit mais elle le cache toujours sous ses vêtements. Il a la faculté de changer de couleur selon son humeur, restant toujours d'une seule et même couleur malgré tout.

❖ Elle s'inquiète sans cesse pour sa famille. Et plus particulièrement pour Léandre dont elle est très proche. Il est sa principale faiblesse même s'il elle ne l'a avoué qu'au principal intéressé. Elle craint toujours pour la vie de ceux qu'elle considère comme ses petits frères et sœurs.

❖ Elle a toujours été très étonnée du choix de sa baguette et a eu quelques difficultés à s'entendre avec elle à leurs tous débuts. Mais cela, elle ne le dit à personne.

❖ Elle est Choixpeauflou et a dû batailler fermer avec le Choixpeau magique lors de sa répartition pour aller chez les Poufsouffles. Le Choixpeau désirait en premier lieu l'envoyer chez les Serpentards mais elle refusa ce choix et le Choixpeau accéda à sa demande, préférant l'envoyer chez les jaunes et noirs pour sa loyauté et sa discipline mentale.

 
Goûts
 
❖ Ariane est une jeune trentenaire très raffinée et elle adore la mode. Chose quelque peu étrange pour une sorcière mais il se trouve qu'elle est vraiment accroc à cela. Elle est toujours à la recherche d'idées, de tissus et autres accessoires. Il lui arrive même souvent de créer ses propres tenues.

❖ Elle a quelques vices qu'elle arrive cependant à cacher au plus grand nombre et étouffer les rumeurs qui pourraient circuler sur elle. Grâce à son comportement irréprochable en société elle s'en sort toujours avec grâce. Mais au sein de sa famille, personne ne l'ignore, ou presque. Malgré tout, Ariane boit un peu trop facilement de l'alcool et enchaîne peut-être un peu trop les partenaires d'une nuit, tout sexe confondu.

❖ Ariane est également une adepte des jeux. Elle a souvent été entraîné par son cousin dans des parties de cartes endiablées et y a prit goût. Perdre ou gagner, peu lui importe, tant que le rire est présent.

❖ La jeune femme se montre particulièrement curieuse des moldus. Elle n'en est pas pour autant pro-moldu, au contraire. Comme le reste de la famille, elle est pour les sorciers et le sera toujours. Mais elle fait peut-être parti des plus neutres de la famille. Elle trouve leurs pratiques archaïques et parfois même hilarantes, même si l'histoire lui a montré à quel point ils pouvaient être dangereux.

❖ Ariane est très attachée à sa famille. Elle la fait passer avant tout, ce qui a tendance à la freiner dans la recherche d'un époux. Époux d'ailleurs qu'elle ne souhaite pas spécialement. Déchargée de la pression de l'héritage qui pèse sur les épaules de son cousin, elle ne se presse pas dans la recherche d'un bon parti. Elle est particulièrement proche de Léandre qu'elle considère comme son âme-soeur.

❖ Elle raffole des mets sucrés. Si elle le pouvait, elle ne se nourrirait que de gâteaux et autres sucreries. Elle a la chance de faire partie de ces gens qui ne prennent pas de poids peu importe ce qu'ils mangent et en quelle quantité. Elle en profite donc allègrement, au grand dam de ceux qui la connaissent.

 
Rêves & Ambitions
 
Vivre dans un monde sans guerre et sans tensions est son plus grand rêve. Pouvoir retrouver l'innocence et l'insouciance de son enfance, les étés passer au domaine familial en compagnie de ses cousins. Mais ce n'est pas une rêve réalisable. Alors elle se bat pour le rendre meilleur et pour les protéger, tous, des ombres du monde. Elle préfère voir ses cousins à l'abri du danger que sur le terrain, comme elle le fait, et s'évertue à les protéger tous, quoi qu'ils fassent. Une occupation qui lui prend beaucoup de temps. Tellement qu'elle ne répond pas aux ambitions et souhaits de sa famille. A quoi bon ? se dit-elle souvent. Ce n'est pas elle qui donnera des héritiers à la famille, cette tâche revient à Léandre. Certains cependant désirent la voir marié, ce qu'elle se refuse à faire. Contrairement à son cousin, ce genre de discussion l'irritent au plus haut point. Pour l'instant elle se bat pour sa liberté et celle de sa famille. Une occupation à plein temps !

 

 
Histoire de votre personnage
Être un Rosier n'est pas chose si aisée qu'elle ne le paraît. Être un Rosier, c'est être capable de supporter une pression certaine. Être capable de se comporter de façon exemplaire au sein d'une société empreinte de règles et de pensées bien précises. Être capable, au sein de cette société, de porter avec brio le sang qui parcourt ses veines. En être digne, quelque soit la situation qui se présente à nous. Se montrer juste. Se montrer droit. Être exempt de tout crime, de toute bavure. Être parfait en tout point de vue. Se conformer à la tradition ancestrale. Se conformer aux attentes de nos prédécesseurs. Ne pas les décevoir -ne surtout pas les décevoir- et montrer l'exemple à ceux qui nous suivent de près. Être né au sein de la famille Rosier, c'est être conscient que l'on porte sur ses épaules des siècles d'histoire et accepter d'en écrire la suite, de la façon la plus digne et la plus honorable possible. Ce que tous ne sont pas capable de faire... Ce que tous n'ont pas pu supporter.

Au cours de son histoire, la famille Rosier a connu quelques cas qui se sont écarté de ce chemin d'excellence. Malheureusement pour elle, le père d'Ariane en faisait parti, et son grand-père également. Tous deux se sont écarté de la route que leur avait tracé leurs aînés. Avides de pouvoir, de reconnaissance et de grandeur, ils se sont alliés à celui qui représentait cette puissance sans limite. Qui promettait le pouvoir et la grandeur. Un sorcier imbus de lui-même et de cette force qu'il convoitait tant... Lord Voldemort. C'est dans cet environnement instable que naît Ariane. Son père est Evan Rosier, mangemort en activité. A cette époque, le Seigneur des Ténèbres n'a pas encore croisé la route du tout jeune Harry Potter et sa montée en puissance n'est un secret pour personne. Son armée de mangemort sème la terreur partout où elle passe. Gaspard Rosier, le patriarche de la famille et grand-père d'Ariane, en est un également, soutenu par sa femme Sibylle, malgré le fait qu'elle se refuse à porter la marque du Seigneur des Ténèbres. Evan est avide de pouvoir. Il cherche à faire ses preuves. Il veut se montrer digne de Lord Voldemort. Participer à son règne, y prendre place. Au détriment de sa famille et de tout ce qu'il ne considère pas comme étant à la hauteur de cette toute-puissance et de son maître. Seul le sang compte et par dessus tout, le sang-pur. Même si cela signifie renier une partie lointaine de sa famille. Oublier que certaines de ses origines sont mêlées, voir même moldues. Ignorer volontairement pour mieux régner. Les femmes sont pour lui un outil de reproduction. Elles portent sa descendance et cela s'arrête là. Bien sûr, il faut qu'elles possèdent un sang irréprochable. Un sang aussi pur que le sien, si ce n'est plus. Outre ce fait, peu importe leur nombre, peu importe qu'il les épouse ou non... Elles ne seront jamais ses égales alors à quoi bon y prêter grande attention ?

On pourrait se demander ce qui, chez Evan, a irrésistiblement plu à Arkasia Balderus. Plu au point de lui donner un enfant. Arkasia était une femme de caractère, certes, mais d'une douceur et d'une droiture sans pareille. Issue d'une des grandes familles de sang-pur scandinave, Arkasia n'était donc pas n'importe qui pour Evan. Une partenaire de choix. Une partenaire digne de porter sa descendance... En espérant qu'elle lui donne un héritier mâle, le premier de sa génération, et qui serait capable de conduire la famille au sommet lorsqu'il deviendrait patriarche... Mais les espoirs d'Evan ne furent jamais exaucé. Sa relation avec Arkasia fut tumultueuse et la jeune femme ne sut jamais vraiment s’il était amoureux d’elle ou s’il n’en avait qu’après son sang. Ou si encore, elle faisait un bel ornement au bout de son bras… Arkasia était une jeune femme d’une grande beauté. Ses yeux gris parsemés d’éclats bleus attiraient le regard autant qu’ils imposaient le respect. Elle avait les traits fins et princiers, une chevelure sombre tombant toujours sur ses épaules en une cascade de boucles aux reflets de feu. Elle savait se faire respecter de tous… Sauf de son compagnon, dont elle subissait les remarques et les actions. Il lui inspirait une certaine crainte que l’on pouvait parfois lire sur son visage. Elle le soutenait, bien qu’elle ne soit pas une adepte du Seigneur des Ténèbres, mais c’était plus par crainte de la mort qu’autre chose. Un an après leur rencontre, elle donna naissance à sa première et unique enfant. L’accouchement se fit dans d’atroces souffrances, qui ne purent être calmé d’aucune façon, et malgré tous les efforts des médicomages qui l’entouraient, Arkasia succomba à son accouchement. Alors que sa fille, qu’elle attendait avec tant d’impatience, qu’elle aimait de tout son coeur avant même sa naissance, ne pousse son premier cri, ne vienne à la vie, elle perdait la sienne, dans un ultime effort. Evan ne fut pas fou de chagrin. C’est d’ailleurs à peine s’il regarda son enfant. Il refusa même de la prendre dans ses bras. Elle n’était pas un garçon. Elle ne serait pas son héritier. Elle n’était donc rien. La petite fut prénommée Ariane Deirdre, selon le souhait de sa mère et elle porterait le nom de son père, Rosier, car c’était son seul souhait la concernant. Elle fut confié aux bons soins de son oncle, Camille, alors qu’il épouserait sa futur femme, Iris, à peine onze mois plus tard. Ce n’était pas une pratique courante au sein de la communauté sorcière, mais la jeune Ariane avait été acceptée sans aucune hésitation par Camille et il l’avait élevé comme sa propre fille.

Malgré son départ chaotique dans la vie, Ariane eu de la chance en tombant entre les mains de son oncle. Camille et ses deux jeunes soeurs, Abigail et Aliénor, étaient bien différents du reste de la famille proche. Contrairement à Evan, aucun d’eux ne portait la marque et aucun ne souhaitait le faire. Ils s’opposaient farouchement à leur frère et à leur père et faisaient tout ce qui était en leur pouvoir pour redorer le blason familial. Ce qui a plutôt bien fonctionné au fil des années. Malgré tout, ils restaient fidèles aux préceptes de leurs aînés et aux principes fondamentaux de la famille. Un peu moins d’une année après l’arrivée d’Ariane, Camille épousa Iris. L’année des trois ans de la petite fille, le couple eu son premier enfant, qui était également le premier petit cousin de la toute petite fille : Léandre. A ce petit garçon suivi quelques années plus tard deux petites filles: Honoria et Ombeline. Entre temps, Evan eu également un garçon, demi-frère d’Ariane, dénommé Alban. Mais de part le statut incertain de son ascendance, le jeune homme ne fut pas désigné héritier de la famille, même si son apparence physique ne laissait aucun doute quand à son appartenance à la famille Rosier. Mais le jeune homme a été élevé loin d’eux et ils connaissent seulement son existence. C’est donc dans cet environnement un peu plus sain et équilibré que grandit la jeune Ariane. Très vite elle prend son rôle d’aînée très à coeur, étant la plus âgé de tous. Même si elle sait qu’elle n’aura jamais à supporter le patriarcat de la famille sur ses épaules, il n’en est pas moins qu’elle a un blason à redorer et des aînés à honorer. Elle se montre une enfant sérieuse et attentive, très travailleuse lors de ses leçons. Sur-protectrice envers ses cadets. Obéissante et élégante en présence de ses parents. Mais elle n’en est pas moins l’une des première farceuse de la famille et se prête avec joie aux jeux et autres idées loufoques que peuvent avoir ses cousins. Elle développe très vite un très fort attachement à son premier petit cousin, qui est partagé. Les années de différence qui aurait dû les éloigner quelques peu semblent inexistantes, faisant d’eux des jumeaux de coeur, à défaut d’être de vrais jumeaux de sang. Ils développent leur attachement à ce qui sera leur futur métier, animant le château familial et le parc de la demeure de duels factices et autres facéties du même acabit. Bercés par les histoires et les contes familiaux, ils imitent leurs aînés, suivant irrémédiablement leurs traces. Malgré tout, elle est la première de sa génération à franchir la lourde porte de bois du château de Poudlard, et ainsi à quitter sa famille et son âme-soeur. Un déchirement, mais qui sera heureusement vite comblée lorsque le jeune Léandre la rejoindra au sein de l’établissement. C’est avec une certaine appréhension qu’elle s’avance vers le rustique tabouret de bois le soir de sa répartition. Un millier de questions se pressent dans son esprit durant les quelques pas qu’elle fait pour rejoindre le Choixpeau magique. Elle prit de toute son âme pour ne pas être suivre les traces de son père et tombé en disgrâce. Son voeu est exaucé et elle suit les traces de son oncle : sa nouvelle maison sera faite de jaune et de noir.

Lorsque la petite fille de onze ans qu’elle était passa pour la première fois les portes de la grande salle, une immense fierté mêlée à une anxiété toute nouvelle s’empara d’elle. Elle s’avança entre les tables, suivant avec attention la grande Minerva McGonagall, accompagnée de toutes les premières années de sa promotion. Au centre de la table des professeurs, le directeur, Albus Dumbledore, présidait l’assemblée en affichant un sourire bienveillant. Ceux qui seraient ensuite ses enseignants l’entourait. A l’appel de son nom, elle s’avança avec l’assurance apparente qu’on lui avait inculquée, tout en étant tremblante à l’intérieur. Une fébrilité cependant qui disparut littéralement lorsqu’après de longues minutes à débattre avec le Choixpeau, celui-ci claironna fièrement le “Poufsouffle” qu’elle attendait tant. Commence alors pour elle une scolarité des plus classique, entre 1980 et 1987. Ariane se révèle être une élève sérieuse et appliquée. Elle montre très vite de bonnes capacités pour nombre de matières et une en particulier : la métamorphose. En plus des matières principales, elle commence en troisième année l’arithmancie et l’étude des moldus. Ses résultats aux BUSE lui permettent de poursuivre toutes ses matières, ayant obtenu des “optimal” dans toutes ses matières excepté l’étude des moldus et l’astronomie dans lesquelles elle obtient des “efforts exceptionnels”. Elle devient également préfète lors de sa cinquième année puis préfète en chef lors de sa septième année. Cette première expérience de l’autorité et de la discipline la marque pour le reste de sa vie. Elle obtient des résultats exceptionnels lors de ses ASPIC. Sa scolarité exemplaire et ses capacités lui permettent d’intégrer la difficile formation des Aurors. C’est durant cette formation qu’elle décide également de tenter le difficile et douloureux processus lui permettant de devenir un Animagus, appuyé par ses bonnes compétences en métamorphose. Le processus a de quoi être effrayant, mais elle est suivie de prêt par le Ministère et soutenu par ses tout nouveaux collègues. Elle est convaincue que cette capacité ne pourra que lui être bénéfique dans le métier qu’elle envisage. La traque et l’arrestation des mages noirs et des mages les plus dangereux de son temps n’est pas chose facile et sans danger. Bien que plusieurs membres de sa famille, au fil des ans, sont devenu des Aurors reconnus, la formation n’en reste pas moins longue et difficile, et le métier tout aussi dangereux et difficile qu’il ne le paraît. Après de long mois d’attente d’un processus strict, Ariane se retrouve face à sa première transformation, réputée douloureuse et effrayante. Elle est malgré tout soutenue et surveillée par son premier petit cousin, Léandre, qui suit le même chemin professionnel qu’elle. C’est sous l’oeil averti de son cousin qu’elle réussit l’exploit auquel peu parvienne en se changeant en un faucon pèlerin aux plumes bleutée. La chose est alors officielle et elle entre dans la liste réduite des Animagi reconnus. Au terme de trois années de formation intensive au sein du Ministère, elle entre dans le service actif des Aurors et elle est suivie de près par son cousin Léandre. Ensemble, ils triompheront du mal.

Lorsque la jeune femme qu’elle est devenu arrive au terme de sa formation d’Auror, nous sommes en 1990. C’est au tout début de sa scolarité au sein de Poudlard que le masque est tombé et que le monde sorcier a été dévoilé au grand jour. C’est également l’année de son entrée à Poudlard que son père trouve la mort lors d’une duel face au célébrissime Alastor Maugrey. Une perte qui se trouve être plus un soulagement qu’une réelle tristesse pour la famille Rosier. Soulagement qu’elle partage. Avec la mort de son père, elle va pouvoir se détacher définitivement de cette vile appartenance au monde noir qui lui colle à la peau. A l’abri au sein du collège écossais, elle vit la défaite de Voldemort comme une fête, en compagnie de ses camarades. Elle est encore jeune cependant et ne mesure pas encore la portée pleine et entière de cette nouvelle, ce qu’elle comprendra bien plus tard. Trois ans plus tard, un frisson la parcourt quand l’annonce est faite : le monde sorcier est désormais connu de tous. C’est une nouvelle qui n’est pas accueillie avec beaucoup de chaleur au sein de la famille. En effet, chez les Rosier, les moldus ne sont pas un sujet apprécié. Très loin dans leur lignage ils sont certes présent, mais depuis des générations ils sont oubliés, cachés. C’est une ascendance que les membres de la famille s’évertuent à faire oublier au monde sorcier pour promouvoir la pureté de leur sang. Mais… La jeune femme se montre plutôt curieuse de ce peuple dont elle ne connaît pour l’instant rien. Elle a toujours vécu dans un carcan magique, entourée toute sa vie de sorciers et de sorcières, et plus particulièrement d’une classe particulière de sorciers, régie par des règles et une étiquette strictes. C’est cette curiosité qui pousse la demoiselle à choisir l’étude des moldus comme matière optionnelle lors de sa troisième année d’étude à Poudlard. Une curiosité qui la détache un peu des perceptions de sa famille, bien qu’elle lui reste loyale. Elle ne rejette pas le monde moldu, même si la guerre qui débute lors de sa prise de fonction au département des Aurors la laisse circonspecte. Cependant, elle n’a pas vraiment le temps de se préoccuper de ce peuple aux moeurs étrangers : l’ascension de Voldemort la met en première ligne face à cette guerre en devenir qui va secouer le monde sorcier. Les tensions montent au sein des deux peuples et la paix fragile qui régnait jusque là se fissure.

Peu après l’arrivée de Léandre au sein du bureau des Auror, l’ascension de Voldemort est avérée et sa prise de pouvoir n’est plus un secret pour personne. Leur traque des mages noirs est un travail de chaque seconde. Une attention constante, une recherche sans merci. Ils doivent réussir. Ils doivent protéger ceux qu’ils aiment. C’est une évidence, une obligation. Ariane lutte chaque jour pour ne pas supplier son cher cousin d’abandonner cette folle guerre et de rentrer se mettre à l’abri. Mais elle sait qu’il s’y refusera, tout comme elle-même refusera ses suppliques. Elle a peur pour lui, qu’il lui arrive quoi que ce soit, comme au reste de la famille, mais peut-être plus pour lui que pour les autres. La relation qui les lie est fusionnelle et ne changera pas, jamais. Alors ils luttent, ensemble, contre cette noire menace qui tente d’absorber leur monde. Un jour cependant, leur quotidien bascule. Des ombres brumeuses glissent au devant d’eux, leur glaçant le sang et mettant un terme à leurs activités du jour. Bien vite -trop vite- le chaos les enserre et ils sont contraint de fuir. Heureusement, les cousins restent ensemble durant cette folle escapade qui les éloigne des leurs. Ariane retrouve vite son sang-froid. Elle le doit à son âme-soeur, elle le doit à sa famille. C’est main dans la main qu’ils tentent de survivre dans ce monde hostile, avec une certaine réussite. Ils rencontrent et intègrent un groupe de rebelles et participent activement à la lutte contre le grand mage noir dont on ne doit pas prononcer le nom. Son quotidien s'emplit désormais de vols, de sabotages et autres crimes du même acabit leur permettant de mettre à mal l’organisation des mangemorts. Sa capacité d’Animagus lui est plus utile que jamais. Elle enchaîne les missions de reconnaissance, prenant le risque d’être abattue en plein vol. Malgré tout, elle reste persuadé que c’est pour la bonne cause et le bien de tous, ce qui lui rend la gravité de ses missions plus légère. Arrive finalement le jour de la grande bataille de Poudlard. Elle s’y rend, avec ses compagnons d’armes et son cousin. Elle le doit. Mais elle le veut également. Elle croise le regard de Léandre, empli d’une gravité nouvelle et disparaît dans un nuage de plume pour survoler le château de son enfance, son second foyer. La bataille fait rage, mais elle sait que ses informations seront précieuses aux défenseurs des murs du château. Elle craint pour la vie de sa famille plus que pour la sienne, prenant des risques inconsidéré dans l’espoir de leur permettre de vivre eux. Mais le destin en décide autrement. Dans le feu de la bataille, elle est séparée de son frère de coeur. Elle échappe de peu à la mort mais virevolte entre les lignes de fronts, volant de l’une à l’autre, bataillant pour leur liberté. Mais la douleur est là, sourde, intense, à la fin de la bataille. Elle le ressent comme une vague glaçant son organisme, la faisant chuter en plein vol. Il est arrivé quelque chose à Léandre…

La victoire est acquise, les pertes sont tout de même lourdes. Elle recherche avec fébrilité son cousin dans les décombres et le trouve, inerte. Malgré la panique première, une vague de soulagement l’envahit quand elle constate le plus important : il vit encore. Chaque jour des mois durant sa convalescence elle va le voir. Partageant ses journées entre ses visites à Ste Mangouste et la reconstruction du Ministère, pour sa part, au bureau des Aurors. Le mage noir le plus puissant de leur temps est certes tombé, il n’en reste pas moins que le monde magique va devoir faire face à de nouvelles ombres, différentes certes, mais pas moins dangereuses. Sans oublier que la magie noire sera toujours là, à grandir dans les recoins obscurs du monde, prête à exploser au grand jour et à les menacer, encore et toujours. N’y a-t-il pas eu Grindelwald avant Voldemort ? Le mal est un éternel recommencement. Et elle est là pour lutter contre lui. Bientôt, elle retrouve son cousin auprès d’elle, pour faire face à ce nouveau monde plein d’embûches. Et qui dit nouveau monde dit aussi nouvelle ville. Atlantis lui ouvre ses portes, et avec l’espoir que peut-être le futur sera plus beau.
 

Demande de pouvoir spécial
Pouvoir en question : Animagus
Animal : Faucon Pèlerin
RP de testRemarque : concernant le processus de transformation, je me suis basée sur la description du site "wikia Harry Potter". Les textes entre guillemets ne sont pas forcément des citations. Afin d'éviter le Power Gaming, Léandre est personnellement intervenu dans le résumé afin d'y ajouter des précisions sur les réactions / ressentis de son personnage.
Qu'est-ce qu'un rêve ? Le dictionnaire nous dit que c'est une production psychique survenant durant le sommeil et que l'être humain la produisant peut être capable de partiellement la mémoriser. Il nous dit également que c'est une idée plus ou moins chimérique de ce que l'on souhaite réaliser. La chimère étant « un projet séduisant mais irréalisable », tous les rêves sont-ils condamné à être irréalisables ? Ou sommes-nous condamné à ne pouvoir qu'en réaliser une partie seulement, en restant éternellement frustrer de ne pouvoir l'avoir dans son entier ? Ariane avait un rêve, depuis sa tendre enfance. Elle voulait pouvoir avoir la faculté de changer de forme. Et plus particulièrement, devenir un animal. Son animal. Celui qu'elle préférait au delà de tous. Était-ce vraiment une chimère que ce souhait ? Un rêve au sens strict du terme ? Pas pour Ariane. Pas pour une jeune femme aussi entêté qu'elle, allant toujours au bout de ses souhaits, de ses idées, de ses rêves. Elle chercha longtemps un moyen d'assouvir cette idée, cette envie viscérale. Elle eu sa réponse lors de sa première année à Poudlard, et un exemple de choix sous les yeux en la personne de Minerva McGonagall. La célèbre professeur de métamorphose animagus de l'école écossaise fit plus qu'espérer la jeune sorcière qu'elle était : Elle la convainquit de tenter l'expérience. Devenir animagus cependant n'était pas sans risque. Ses nombreuses recherches lui apprirent que le processus était long, compliqué, et qu'il n'aboutissait pas forcément à sa réussite. Mais les diverses mises en garde que son entourage et les livres lui ont faite n'ont pas réussi à entamer son enthousiasme pour cette quête chimérique. C'était son Graal. Et elle ferait tout pour l'obtenir. Son très cher cousin avait tenté cette expérience peu avant elle, mais il avait malheureusement échoué, malgré toutes leurs attentions pour le processus. La déception était grande chez Léandre autant que chez Ariane. Mais elle irait tout de même au bout de son idée, et elle savait qu'au fond, elle aurait le soutient de son âme-sœur.  

« Le processus pour devenir animagus ou du moins essayer, se compose de dix étapes distinctes qu'il est d'une importance capitale de respecter à la lettre pour la réussite de la transformation. Bien sûr, même avec un respect total de la procédure, la réussite n'est pas forcément au rendez-vous. Il est possible de reprendre le processus à zéro si jamais une des étapes n'est pas respecté, cela ne fait que rallonger la durée totale de l'opération. » En lisant cela, la jeune femme reportait quelques indications sur un morceau de parchemins qu'elle tenait à côté d'elle. Elle avait seize ans et comptait bien commencer le processus dès qu'elle en aurait le temps et l'occasion. Évidemment, ce ne serait pas durant sa scolarité. Et elle doutait fortement qu'oncle Evan lui autorise ce genre d'expérience avant sa majorité. Elle devrait donc prendre son mal en patience et attendre que le moment propice soit arrivé. La première étape consistait à conserver dans sa bouche une feuille de mandragore fraîche durant un mois ou plutôt vingt-huit jours, entre deux pleines lunes. Contraignant, mais possible. La seconde étape était d'enfermer dans une fiole la fameuse feuille de mandragore, accompagnée d'une cuillère de rosé issu d'un endroit non exposé au soleil ou foulé par un pied humain depuis sept jours un recoin sombre du parc serait l'idéal. La fiole devait également être garnie de l'un de ses propres cheveux simple et d'une chrysalide de Sphinx tête-de-mort. Le remplissage de la fiole devait se faire au clair de lune. Et il fallait enfin entreposé la fiole dans un endroit sombre et calme. je trouverais, la demeure regorge de cela. La troisième étape était également contraignante mais moins que la première. Il fallait attendre le prochain orage, tout en récitant, chaque matin et chaque soir, extrémité de sa baguette sur le cœur la formule suivante « Amato Animo Animato Animagus » l'attente risque d'être longue, mais c'est possible. Il fallait également résisté à l'envie d'aller jeter un œil à la fiole de cristal. Mais la discipline dont elle pouvait faire preuve serait suffisante. Elle en était capable et elle en était intimement convaincue. La cinquième étape consistait, dès l'apparition du premier éclair dans le ciel orageux, de se rendre à l'endroit où était entreposé la fiole et de vérifier son contenu. Si tout s'était bien passé jusque là, une potion rouge sang avait dû remplacer les ingrédients préalablement entreposé dans l'écrin cristallin. La sixième étape entamait les choses sérieuses. Il était recommandé de se rendre dans un endroit calme et sûr, à l'abri des regards avant de procédé à la récitation de la formule et de boire la potion d'un trait. C'était le début de la transformation, la première étape réellement physique du processus. Commence alors la première transformation par une vive douleur et une augmentation du rythme cardiaque. Tout ce que l'on porte fusionne alors avec soi-même et l'on subit irrémédiablement sa première transformation. On ne peut savoir en avance quel sera l'animal que l'on incarnera. Malgré tout, il est primordial de garder son calme pour éviter un accident stupide. Une fois le calme revenu, la simple visualisation de sa forme humaine ou animale suffit à déclencher la transformation. Difficile au début, seule la pratique permettra un changement de forme fluide et à volonté.

La jeune femme se laissa tomber dans le fond de son fauteuil à la fin de sa lecture et laissa son regard se perdre sur le décor au delà de sa fenêtre, en pleine réflexion. vive douleur... Elle n'avait pas peur de la douleur en soi, mais elle n'aimait pas cela. Le processus était long. Il fallait une discipline de fer, mais cela, elle l'avait déjà. Ce qui l'effrayait le plus, c'était d'être potentiellement incapable de garder son calme, de se laisser submerger par la panique ou la douleur et que l'instinct animal prenne le dessus lors de sa première transformation. Se serait catastrophique. Elle risquait potentiellement sa vie... Un animal paniqué exécute des actions désespérées, inconscient du risque et du danger. C'est ce qui pouvait lui arriver. Il fallait qu'elle trouve un moyen de sécuriser cette première transformation, et elle ne voyait qu'une seule personne pour garder un œil sur elle durant ce périlleux moment : Léandre. Il ne lui restait plus qu'une chose à faire : le convaincre. Mais elle ne doutait pas de cela. Il ferait n'importe quoi pour elle tout comme elle ferait n'importe quoi pour lui. Même l'impossible surtout l'impossible...

La jeune femme décida que les vacances estivales entre sa dernière année à Poudlard et le début de sa formation serait un bon moment pour entamer ce processus. Elle resterait au manoir familial et serait assez tranquille pour réaliser toutes les étapes de la transformation. Elle avait également fait une déclaration préalable au Ministère de la Magie, prenant les devant face à un éventuel retard lors du début de sa formation. Elle ne comptait pas, dans tous les cas, être un animagus non déclarée. Pas dans le métier qu'elle envisageait. Pas en travaillant au sein du Ministère. C'était impensable. En attendant, elle avait le soutien de tous dans cette entreprise. Et Léandre avant accepté de garder un œil sur elle, le jour de l'orage, au cas où les choses tourneraient mal. Si elle devait céder à la panique, elle préférait qu'un de ses proches soit là. Lors de la première nuit de plaine lune suivant son retour au domaine familial, elle posa la feuille de mandragore sur sa langue et la logea dans un coin de sa bouche où elle ne risquerait presque rien. Attendre la pleine lune suivante avec une feuille en permanence dans sa bouche avait quelque chose de contraignant. Elle devait veiller à ne pas l'avaler, ni la recracher dans son sommeil, ou s'étouffer avec. Une attention constante au début, qui devint une habitude après deux semaines de pratique. Très vite cependant la feuille se désagrégea, devenant une boulette plus facile à « ranger » dans un coin de sa bouche. C'est durant cette période qu'elle se procura les autres ingrédients. Enfermant dans un écrin une cuillère de rosé provenant d'un sous-bois sombre et éloigné du parc. Une chrysalide de Sphinx tête-de-mort. Elle prendrait l'un de ses cheveux au dernier moment. Elle parti également en quête d'un endroit sombre et tranquille, à l'abri du soleil et des regards où entreposé la fiole jusqu'au prochain orage. Dans l'une des nombreuses dépendances du domaine, elle dénicha une cave comportant des niches. Elle en protégerait l'accès d'une barrière magique pour assurer la tranquillité de sa potion en devenir. Et c'est ce qu'elle fit. Avec une fébrilité toute comprise...

Lorsque la pleine lune arriva, c'est avec une certaine appréhension qu'elle regarda le ciel. Il était découvert. La première étape était une réussite. Elle fila à travers le manoir pour ramasser ses ingrédients et interpeller Léandre. Il n'y avait pas une minute à perdre. Il fallait composer la fiole de cristal sous le clair de lune. Elle commença par recracher la feuille et la mettre au fond de la fiole, et arracher un de ses cheveux pour l'accompagner. Elle arrosa le tout de la rosé avant de mettre la chrysalide et refermer. Un sourire illumina son visage quand elle releva les yeux vers Léandre. Avait-elle réussi ? Elle ne le saurait que lorsque le prochain orage éclaterait, et elle espérait vivement qu'il ne tarderait pas trop. Elle entreposa la fiole dans la cave qu'elle avait choisi, plaçant une barrière magique devant la porte. Il n'y avait plus qu'à patienter, sans oublié l'incantation matin et soir... Cela aussi, était d'une certaine manière contraignant. Il ne fallait pas oublier, un matin ou un soir, de prononcer la formule, pointe de baguette sur le cœur. C'était une discipline à prendre. Elle le fit, sans en omettre une seule et quand le premier éclair zébra le ciel à la fin de l'été, l'excitation lui serra le cœur. C'était le moment. C'était maintenant. Elle couru à travers les couloirs de la demeure et ouvrit en trombe la chambre de Léandre, l'enthousiasme lui faisant oublier toute politesse. « Léandre ! Ça y est ! C'est le moment! » Incapable d'attendre plus longtemps, elle attrapa la main de son cousin et l’entraîna à sa suite jusqu'à la fameuse cave. Elle observa un temps d'arrêt devant la porte, soudain indécise. Elle en avait des fourmis dans les jambes. Malgré tout, son cousin l'encouragea à poursuivre et c'est ce qu'elle fit. Elle ôta la barrière magique et ouvrit la porte avec fébrilité, le cœur battant à tout rompre. La fiole était toujours là, empli d'un liquide rouge sang. Aussitôt, un sourire de satisfaction s'afficha sur ses lèvres fines. Elle avait réussi.

Elle emporta la fiole et rejoignit une autre dépendance, une orangerie. Vaste salle en rez-de-chaussée, éloignée du Manoir et dont elle clos tout les lourds rideaux. Elle se plaça ensuite au centre de la pièce et croisa une dernière fois le regard anxieux de son cousin. Au dessus de leurs têtes, le tonnerre gronda. Elle prononça une dernière fois l'incantation, rangea sa baguette et avala d'une traite la potion. Il se passa quelques secondes, durant lesquelles le temps se retrouva suspendu, où elle ne ressentit rien. Puis elle survint. Insidieuse. Puis plus vive. La douleur lui enserra le cœur, s'insinuant ensuite dans ses veines pour irradier dans tout son corps. Elle ne s'attendait pas à cela. Elle ne s'attendait pas à avoir aussi mal même si elle s'était préparer à ce moment. Elle failli céder à la panique. Seul le regard bienveillant - quoi que nimbé d'amertume - de son cousin l'empêcha de se laisser aller à la panique et au chaos. Une larme perla sur sa joue. Une seule et unique. Elle ferma les yeux pour maîtriser la vague de peur qui montait en elle. Le tonnerre au dessus de leur tête tonnait toujours, la douleur grimpait, rendant pour elle le moment insoutenable. Elle serra les dents, laissant échapper un seul gémissement rauque. Ce qui lui sembla être une éternité s'écoula. Le sol se déroba sous ses pieds et elle tomba à genoux, s'enserrant elle même, les yeux toujours clos. Des images absurdes s'insinuaient dans son esprit. Ses peurs les plus primaires surgissaient devant ses yeux. Il fallait que cela cesse ! Et enfin, au terme de très longues minutes d'une souffrance comparable aux pires tortures, une sorte de calme l'envahie. Un flottement. Une image nette et précise d'un faucon apparu dans sa tête. Elle se focalisa dessus, oubliant tout le reste. Elle sentait qu'il fallait qu'elle se concentre. Qu'elle ne pense à rien d'autre que cet oiseau au plumage bleuté et blanc. Le calme était revenu. La douleur avait disparu. Quand elle rouvrit les yeux après avoir retrouvé un semblant de calme, sa vue avait changé. En réalité, son corps entier avait changé. Une légère vague de panique l'envahit avant de se transformer en une joie sans borne. Elle avait réussi ! Elle était un animagus ! Dans sa joie soudaine elle tenta un premier vol et percuta un rideau qui absorba sa chute. Une chute qui la fit revenir au calme rapidement. Il fallait qu'elle reste concentrée. Elle s'exercerait au vol plus tard, pour l'instant, il fallait qu'elle réussisse la transformation inverse et retrouve sa forme humaine. Elle prit une grande inspiration, ferma de nouveau les yeux et se concentra sur sa forme humaine. En un instant, elle retrouva son corps d'origine et quand elle rouvrit les yeux, elle vit le visage souriant de son cousin. « J'ai réussi ! » Sa joie se lisait ses trait et dans ses yeux. Elle se releva et se précipita sur son cousin pour se pendre à son cou et improvisé une danse de la victoire. Désormais, se serait à son tour d'essayer...


 
Qui êtes-vous hors du jeu ?
Prénom ou pseudo : Oror
Âge : 26 YO bientôt 27 --'
Célébrité sur votre avatar : Cette très chère Eva Green
De quelle manière avez-vous trouvé le forum ? Euh... Sur le skype du fofo !
Avez-vous lu le topic dédié aux nouveaux joueurs (ici) ? Oui !
 

 
Signature du règlement
 Pour connaître les règles du forum, pour les respecter et ainsi pour vous garantir une bonne expérience de jeu avec nous, nous vous demandons de lire le règlement en suivant ce lien et d'inscrire ici votre engagement à le suivre.
 Je m'engage à suivre le règlement de Catharsis et à accepter les conséquences qui résulteront du non-respect de ce dernier, s'il y a lieu. J'inscrirai ici mon pseudo pour prouver cet engagement :
 Ariane Deirdre Rosier
avatar
Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2013

Feuille de personnage
truc:
chose:
100/100  (100/100)
machin :

Fiche Ariane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Voilà un gars dont ses descendants vont rigoler pour faire sa fiche généalogique
» Amélioration de la saisie (fiche individu)
» fiche des renseignement
» fiche d`assiduité versus bordereau de rétribution.
» Fiche instruction no1......

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Loulou :: Administratif-